Ce jeudi matin, 700 bénévoles de la SNSM ont fait le déplacement afin de rendre hommage aux trois sauveteurs décédés vendredi dernier dans le naufrage de leur canot au large des Sables d’Olonne.

  • Hommage aux sauveteurs décédés aux Sables d’Olonne : 700 bénévoles de la SNSM ont fait le déplacement 

Emmanuel Macron est arrivé à la capitainerie des Sables vers 10h30. Il a d’abord rencontré les familles des victimes avant de présider la cérémonie d’hommage aux trois sauveteurs décédés en mer, dont les cercueils étaient disposés sur l’esplanade du prieuré Saint-Nicolas, face à l’océan.
 

Une cérémonie empreinte d’une forte émotion

Yannick Moreau, le maire des Sables d’Olonne, a pris la parole en premier, soulignant dans son discours, que “la mer c’est notre identité (…) la mer c’est la vie, c’est la mort”. “A la fois souffrance et espérance, la mer, monsieur le Président est un mystère”, a-t-il également dit, s’adressant au chef de l’Etat.Ce dernier a ensuite pris la parole, retraçant, dans un premier temps, les conditions du naufrage qui a causé la mort des trois sauveteurs de la SNSM vendredi dernier.

La nation pleure trois de ses enfants morts en héros parce que leur engagement, le sens qu’isl avaient donné à leur existence était de sauver la vie des autres – Emmanuel Macron

“C’est bien toute la Nation qui s’incline devant la douleur digne de leurs familles, leurs compagnes, leurs enfants, leurs parents et tous leurs proches. Chères familles, aujourd’hui le chagrin l’emporte, mais (…) soyez fières comme la France est fière d’eux”, a ajouté le président.Le chef de l’Etat a remis la Légion d’honneur aux quatre rescapés de l’équipage du canot Jack Morisseau. Puis il a décoré les trois cercueils, recouverts du drapeau tricolore, élevant les sauveteurs au rang de Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.

Les trois cercueils sont ensuite repartis, accompagnés par Amazing Grace, interprété par l’orchestre de la marine Nationale Au même moment, les bateaux de la SNSM ainsi que les navires rassemblés devant le front de mer font fait sonner leurs cornes de brume comme partout ailleurs sur le littoral.

Les applaudissements nourris de la foule ont accompagné les cercueils de Dimitri Moulic, Alain Guibert et Yann Chagnolleau ainsi que le départ des sauveteurs rescapés du naufrage.

Hommage aux sauveteurs des Sables d’Olonne

► La cérémonie sur notre fil Twitter
Vendredi 7 juin, Dimitri Moulic, mécanicien bateau de 37 ans, Alain Guibert, marin pêcheur de 51 ans, et Yann Chagnolleau, patron pêcheur retraité de 54 ans, ont été pris au piège à l’intérieur de leur vedette, après l’implosion des carreaux de la cabine, en pleine tempête Miguel. Les quatre rescapés étaient parvenus à nager 200 mètres et à atteindre le rivage. Le marin pêcheur est toujours porté disparu.

La SNSM a lancé une cagnotte en ligne pour venir en aide aux familles des disparus.

  • Naufrage du canot de la SNSM : les cornes de brume retentiront jeudi en guise d’hommage aux trois sauveteurs décédés 

  • Les Sables-d’Olonne : une marche silencieuse et une cérémonie en mer en hommage aux sauveteurs disparus 

  • Les Sables d’Olonne : “La vague ultime s’est refermée sur eux”, le poignant hommage des sauveteurs SNSM de l’île de Ré 

Les trois victimes

Yann CHAGNOLLEAU – 54 ans
Patron d’équipage sur l’équipage SNSM qui a fait naufrage. Il était patron-pêcheur (marin-pêcheur depuis l’âge de 13 ans). Jeune grand-père, il était sauveteur SNSM depuis plus de 20 ans. 

Alain GUIBERT – 51 ans
Patron suppléant sur l’ équipage SNSM qui a fait naufrage. Ancien marin-pêcheur, il était devenu armateur et avait rejoint la SNSM récemment.

Dimitri MOULIC – 37 ans
Canotier sur l’équipage SNSM qui a fait naufrage. Mécanicien aux Sables d’Olonne et père de deux jeunes enfants, il avait rejoint la SNSM récemment. Son père, mais également son  frère et certains de ces cousins sont marin-pêcheurs.