Les principales TowerCo françaises s’allient pour mieux se faire entendre

Spread the love
  • Yum

Les principales TowerCo françaises s'allient pour mieux se faire entendre

Pour peser davantage sur les débats, quatre des principaux opérateurs d’infrastructures mobiles passives en France, à savoir Cellnex France, TDF, Hivory et ATC France, viennent de s’allier à travers l’Association française des opérateurs d’infrastructures de téléphonie mobile (OFITEM). Pour ces quatre TowerCo, il s’agit de structurer la représentation du secteur, alors que les opérateurs d’infrastructures – un rôle peu à peu délaissé par les opérateurs télécoms “traditionnels” (à l’exception de SFR et d’Orange) – deviennent prépondérants pour le marché. Surtout en plein lancement de la 5G, et alors que le déploiement des réseaux 4G s’intensifient encore sur le territoire.

« L’OFITEM souhaite valoriser l’apport, tant au niveau national que territorial, des opérateurs d’infrastructures de téléphonie mobile : renforcement des capacités d’investissement, mutualisation et optimisation des infrastructures, réduction de la fracture numérique », indiquent les promoteurs de cette alliance inédite. Rappelons qu’au contraire des opérateurs, qui ont toujours la main sur leurs infrastructure passives, les TowerCo détiennent une grande partie des infrastructures passives en France (comme les antennes ou les toits-terrasses), qu’elles louent par la suite aux opérateurs.

A eux quatre, ces opérateurs représentent 60 000 sites de téléphonie mobile en France, que ce soient des pylônes ou des toits-terrasses en milieu urbain. De quoi peser sur les débats. Avec la création de cette alliance, les directions de Cellnex France, de TDF, d’Hivory et d’ATC France expliquent vouloir se faire davantage entendre alors que le secteur est aujourd’hui marqué par un mouvement de fond prônant la mutualisation des infrastructures, une lame de fond plébiscitée par les les autorités et les opérateurs, qui y voient une manière de réduire leurs investissements.

publicité

Une absence remarquée

Pour rappel, alors que SFR et Bouygues Telecom d’un côté, et Free et Orange de l’autre, ont conclu différents accords de mutualisation d’antennes, ces accords pourraient bien être reconduits pour le déploiement futur des infrastructures des futurs réseaux 5G français. Ce que confirmaient récemment Stéphane Richard et Xavier Niel, respectivement présidents d’Orange et de Free, qui ont annoncé avoir entamé des démarches en ce sens.

Si les opérateurs d’infrastructures membres de l’OFITEM indiquent vouloir accompagner ce mouvement, en rappelant que « chaque site peut être loué à plusieurs opérateurs », ils souhaitent également faire valoir leur expertise auprès des opérateurs, qui ont investi 2,6 milliards d’euros en 2019 dans leurs infrastructures mobiles, selon les derniers chiffres de l’Arcep.

Ils souhaitent enfin faire davantage entendre leur voix alors que les infrastructures mobiles sont aujourd’hui victimes d’une recrudescence d’attaques criminelles sur fond de défiance d’une partie de la population à l’encontre des réseaux de télécommunications et de l’innovation en général. « L’OFITEM vise à contribuer à la création d’un cadre réglementaire permettant aux TowerCo de jouer pleinement leur rôle à la fois essentiel et complémentaire à celui des opérateurs téléphoniques », indique Vincent Cuvillier, directeur général de la branche française de Cellnex, et président de cette nouvelle alliance.

Reste maintenant à savoir si Orange, qui est actuellement en train de mettre la dernière main à la patte de sa future TowerCo, qui sera forte de 17 000 sites mobiles sur le territoire français, voudra également être de la partie. Interrogée, la direction d’Orange n’avait pas encore répondu à nos questions à l’heure où ces lignes étaient écrites.

Leave a Reply

%d bloggers like this: