La dernière bêta d’iOS n’est pas la seule à préparer l’arrivée de la nouvelle carte d’Apple. En effet, l’audacieuse Goldman Sachs, partenaire privilégié, a énormément investi sur cette opération qui devrait se concrétiser dans les prochaines semaines aux USA. Selon CNBC, la banque d’affaire, qui n’est pas vraiment une habituée du grand public, doit adapter ses produits financiers à ce tout nouveau marché.Elle aurait placé sur la table quelques 1,3 milliard de dollars pour des services à la consommation -dédiés spécifiquement à l’Apple Card- mais également ses comptes d’épargne et d’autres prestations financières. Elle aurait ainsi dépensé 275 millions de dollars pour 2019 (seulement). Même si la part consacrée au seul rectangle de titane restera confidentiel, le directeur financier, Stephen Scherr, a toutefois déclaré avoir ralenti la croissance du produit Marcus (compte épargne maison) pour se préparer à l’arrivée la carte pommée.

Goldman Sachs aurait aussi prévu des réserves supplémentaires, afin de soutenir la croissance initiale de l’Apple Card et de fournir une stratégie optimale aux investisseurs en janvier prochain, avec de nouveaux objectifs et profils de rendement. Malgré tout, la banque reste prudente et son DAF d’ajouter : « On ne peut nier l’aléa de ce marché -qu’il s’agisse de l’Apple Card ou de Marcus. Nous continuerons à examiner la situation sur la base d’un rendement, ajusté au risque ».

Dès le mois d’avril, soit quelques semaines après son annonce, les premiers analystes se penchaient sur cette carte blanche. Selon HSBC, elle pourrait générer un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars. Elle figurerait alors parmi les 10 premiers émetteurs de cartes d’ici 2024, ce qui constituerait un gain inattendu non seulement pour Goldman Sachs, mais également pour Apple.

La réponse ne devrait pas se faire attendre -peut être aux prochains résultats trimestriels le 30 juillet prochain !

Source