Les opérateurs approchent de la barre des 3 500 sites sur la bande reine de la 5G

Spread the love
  • Yum

Les opérateurs approchent de la barre des 3 500 sites sur la bande reine de la 5G

Les opérateurs continuent à déployer leurs réseaux 5G en ordre dispersé. Selon les dernières données du baromètre dédié réalisé par l’Arcep pour le mois de mai 2021, les opérateurs ont actuellement allumé plus de 14 000 sites estampillés 5G sur l’ensemble du territoire. Si le chiffre semble impressionnant, il doit tout de même être fortement relativisé au regard des bandes de fréquences qu’exploitent ces sites mobiles.

Dans les faits, l’Arcep rappelle ainsi que seuls 3 435 sites 5G opèrent sur la “bande reine” de la nouvelle génération de technologie mobile, à savoir celle des 3,5 GHz, que se sont arrachés les opérateurs pour la coquette somme de 2,8 milliards d’euros en fin d’année dernière. Las, ce n’est pourtant pas cette bande qui semble aujourd’hui privilégiée par les opérateurs, qui préfèrent pour l’heure installer des sites estampillés 5G sur des bandes basses (700 MHz) ou moyennes (2,1 GHz), pourtant déjà exploitées sur les réseaux 3G et 4G et incapables de fournir la montée en débit tant attendue avec la 5G.

Source : Arcep.

Un tour de passe-passe bien compris du côté de Free, qui continue à déployer tous azimuts son réseau 5G avec le projet de couvrir 80 % du territoire d’ici à la fin d’année. L’opérateur de Xavier Niel devance de très loin la concurrence en ce qui concerne le total de sites 5G allumés, avec 8 798 sites opérationnels à l’heure où ces lignes sont écrites. Pourtant, une grande majorité de ces sites exploitent la bande des 700 MHz, qui ne garantit pas la montée en débit notable via la bande des 3,5 GHz, mais favorise une meilleure couverture du territoire.

publicité

Des logiques différentes

Bouygues Telecom et SFR suivent une logique similaire, en disposant d’une majorité de leurs sites 5G respectifs opérés via les bandes moyennes des 1,8 et 2,1 GHz. Si Bouygues Telecom dispose de 629 sites 5G allumés sur la bande des 3,5 GHz, l’opérateur en exploite trois fois plus sur ces bandes, pourtant déjà exploitées pour ses réseaux mobiles d’ancienne génération. En ce qui concerne SFR, la marque au carré rouge dispose de 558 sites 5G sur la “bande reine” de la 5G, et de 859 sites sur ces mêmes bandes moyennes.

Seul Orange semble donc avoir misé sur un déploiement faisant la part belle à la qualité de service, au risque de prendre du retard sur la concurrence en ce qui concerne la couverture du territoire. L’opérateur historique dispose ainsi de 1 241 sites 5G allumés sur la bande des 3,5 GHz, contre 307 sites estampillés 5G et opérant sur des bandes moyennes. De quoi lui permettre de devancer… Free, qui continue également à avancer à marche forcée sur la “bande reine” de la 5G, avec 1 007 sites allumés sur cette bande, malgré une stratégie opposée.

Si les opérateurs avancent donc leurs pions en optant pour des stratégies industrielles différentes, ils ont tous en commun de favoriser la mutualisation de leurs sites mobiles, en hébergeant sur un même pylône ou toit-terrasse différentes générations de technologies mobiles. Il y a quelques semaines, l’ANFR rappelait ainsi que « la quasi-totalité de ces implantations 5G ont été autorisées sur des sites existants, déjà utilisés par les technologies 2G, 3G ou 4G ».

Leave a Reply

%d bloggers like this: