Les hôpitaux français sommés de se réorganiser en cas de nouvelle flambée épidémique – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Les hôpitaux et cliniques français vont recevoir une circulaire leur demandant de se réorganiser au cas où le nombre de patients Covid augmenterait de nouveau.

Les hôpitaux français sont sommés de se préparer à un éventuel nouvel afflux massif de patients, a-t-on appris ce dimanche, confirmant une information du Journal du Dimanche. Le ministère de la Santé, via la direction générale de la Santé (DGS) et de l’offre de soins (DGOS), a envoyé une circulaire datée de vendredi aux hôpitaux, cliniques et agences régionales de santé (ARS) pour leur demander de se réorganiser au plus vite.

“Il s’agit d’une démarche d’anticipation, qui tient compte d’une pression sanitaire de l’épidémie toujours forte”, explique à BFMTV la direction générale de la Santé. “Son objectif est de mobiliser tous les acteurs de la santé d’un territoire dans l’éventualité d’une reprise épidémique qui, alors que les variantes du virus circulent, peut se produire”.

Des interventions progressivement déprogrammées

L’idée est d’augmenter le nombre de lits disponibles en déprogrammant des opérations, de manière à se tenir prêts en cas de nouvelle flambée épidémique liée aux nouveaux variants anglais, sud-africain et brésilien.

“Cette organisation de crise doit être mise en oeuvre dans chaque région, quel que soit le niveau de tension hospitalière et doit être opérationnelle dès le jeudi 18 février”, adjoint ce courrier, comme le rapporte le JDD.

L’ensemble des établissements hospitaliers est donc invité à activer ou maintenir “des plans de mobilisation interne”, voire le plan blanc lorsque cela est jugé nécessaire. Les interventions chirurgicales non-nécessaires pourraient alors être déprogrammées de manière “graduée et adaptée”, et les renforts de la réserve sanitaire devraient être mobilisés.

Le JDD rapporte aussi qu’une nouveauté liée aux variants devrait être mise en place: l’ensemble des professionnels des établissements de santé positifs au Covid-19, même asymptomatiques, ne pourront plus continuer à travailler. Ils devront désormais respecter une période d’isolement de 7 jours pour ceux contaminés par le virus initial ou son variant anglais, 10 jours en cas de variant sud-africain ou brésilien.

Jeanne Daudet et Jeanne Bulant

Leave a Reply

%d bloggers like this: