Les Émirats arabes unis ont réussi leur pari fou : rejoindre l’orbite de Mars

Spread the love
  • Yum

En juillet dernier, la sonde « Al-Amal », « espoir » en français quittait Japon pour prendre la direction de Mars. Avec elle, deux autres missions, une Chinoise et une Américaine, filaient droit vers la planète rouge. Si la mission des Émirats arabes unis n’est pas la plus impressionnante — cela sera d’ailleurs la seule à ne pas se poser sur Mars — elle est plus peut-être la plus importante des trois.

En effet, le petit état du golf persique a réussi avec cette mission à se faire un nom dans le monde très fermé du spatial. Il devient le 5e pays à atteindre l’orbite martienne après les USA, la Russie, la Chine et l’Union européenne, les quatre mastodontes historiques du spatial. Mais les Émirats arabes unis, qui disposent d’un programme spatial aussi riche qu’ambitieux, comptent bien bousculer cette hiérarchie établie, et devenir un acteur majeur du spatial dans les années à venir.

Les Émirats arabes unis, la puissance émergente du spatial

En seulement cinq petites années d’existence, le programme spatial émirati a déjà envoyé un homme dans l’espace et vient donc d’envoyer une sonde autour de Mars. Fort de ces deux succès majeurs, l’agence spatiale des Émirats a annoncé qu’une mission en partance vers la Lune était prévue à l’avenir.

Car l’idée des Émirats n’est pas seulement de faire du spatial, cette sonde baptisée « espoir » est en effet le premier pas d’une longue route qui doit mener le petit état pétrolier à coloniser la planète rouge d’ici un siècle. Une idée qui a germé en même temps que l’agence spatiale arabe, en 2017, avec le projet « Mars 2117 ».

Un projet qui peut sembler fou, mais qui est pourtant très réaliste dès lors que l’on connaît la détermination des personnes à la tête de ce pays. L’agence nationale émiratie est ainsi régulièrement arrosée de subventions pour que cette dernière rattrape son retard sur les autres puissances du spatial, puis les dépasse.

La mission « Hope » : la première d’une longue liste ?

Si les prémices de l’histoire du spatial aux Émirats arabes unis existaient déjà avec la mise en boîte de plusieurs satellites ou encore l’envoi d’un homme dans l’espace, cette mission « Hope » restera dans les mémoires comme le premier acte fort des Émirats dans leur histoire spatiale. Alors que le pays célèbre le 50e anniversaire de sa fondation, voilà que ce denier vient d’envoyer une sonde autour de la planète rouge, une mission, toujours périlleuse.

Une mission qui a un enjeu scientifique énorme, la sonde va en effet étudier les conditions météorologiques sur la planète rouge, une donnée encore très mal connue, et pourtant essentielle si l’humanité veut un jour envoyer un (ou une) des leurs sur le sol de notre voisine.

Un intérêt scientifique et géopolitique

Mais la mission présente aussi un intérêt géopolitique majeur pour le jeune émirat. Dans une région du monde où les puissances se dessinent peu à peu, les « états pétroliers » doivent aujourd’hui apprendre à se renouveler et à trouver de nouvelles sources de revenus pour garder leur croissance économique. C’est ce que font les Émirats avec leur programme spatial qui doit aborder de grandes innovations civiles ici sur Terre.

Comme l’a expliqué le professeur Pete Wintell en direct sur Dubaï One lors de la retransmission de l’évènement, « Hope va permettre de mieux comprendre le fonctionnement de Mars, et donc, de notre Terre, nous allons avoir de nouvelles informations sur la vie sur Mars, et donc, sur comment cette dernière est arrivée et s’est développée sur Terre. La mission est tout aussi importante pour notre compréhension e Mars que pour notre compréhension de notre planète. »

Symbole de l’ambition et de l’enthousiasme qui règne aux Émirats autour de cette mission, le Burj Khalifa, plus haute tour du monde et symbole de la ville de Dubai a été illuminé de rouge alors que la sonde rejoignait l’orbite de Mars.

mission Hope émirats arabes unis

© UAE Space Agency

Une mission qui n’a rien de simple

Si les réussites récentes des missions de la NASA comme Curiostiy ont montré au grand public une certaine facilité à se rendre sur, ou aux abords de Mars, la réalité est tout autre. En ce qui concerne cette mission émiratie, le président de l’agence spatiale nationale évaluait à 50-50 les chances de réussite de sa mission. Un taux qui fait référence aux missions de ce type qui ont déjà réussi, ou échoué. En 1999, la sonde de la NASA « Mars Cliente Orbiter » dont la mission était très similaire à celle de « Hope » n’a pas réussi à atteindre l’orbite et s’est désintégrée dans l’atmosphère martienne.

Car les missions au plus près de la planète rouge sont de véritables moments d’angoisses pour les agences spatiales. Il est impossible d’avoir des informations en direct de ce qui se passe dans la sonde, et si la mission échoue, l’information ne parvient au centre de contrôle qu’une quinzaine de minutes après, le temps que l’information, voyageant à la vitesse de la lumière, traverse les millions de kilomètres de vide qui nous sépare de Mars. Il faut alors naviguer à l’aveugle, toutes les opérations sont répétées, testées des jours avant l’entrée en orbite, et cette dernière se fait de manière automatique, les tâches s’enchaînant sans que l’on sache ici sur Terre, si la mission n’a pas déjà échoué.

Heureusement pour les Émirats arabes unis, tout s’est passé comme prévu et la sonde a réussi à accrocher l’orbite martienne, une véritable délivrance au sein du Mohammed bin Rashid Space Centre (MBRSC), le centre de commande de l’agence spatiale du pays.

Deux autres missions à venir

Mais la mission « Hope » ne sera pas seule longtemps autour de la planète rouge vu que les missions Perseverance de la NASA et Tianwen-1 de la CNSA (l’agence spatiale chinoise) vont bientôt commencer leurs manœuvres pour se poser à la surface de Mars. En ce qui concerne la sonde américaine, cette dernière devrait attendre la surface de notre voisine dans les prochains jours, la date du 18 février étant pour le moment annoncée.

Mais pour la sonde chinoise, dont la mission sera une grande première pour l’Empire du Milieu, aucune date n’est parvenue de manière officielle au public, même si les estimations de missions pensent que la sonde ne rejoindra pas le sol de Mars avant le début du mois d’avril prochain.

Leave a Reply

%d bloggers like this: