Les avocats du manifestant frappé au sol à Paris dénoncent le traitement infligé à leur client, déféré au p… – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Le manifestant avait été frappé par un policier en marge d’une manifestation de “gilets jaunes” samedi 18 janvier. 

“Nous ne pouvons que nous insurger contre ce choix alors qu’une enquête est ouverte à l’IGPN à la demande du parquet de Paris concernant les violences reprochées au policier, écrivent Mes Alice Becker, Raphaël Kempf, Eliot Sourty et Camille Vannier. Dans un communiqué publié lundi 20 janvier, le quatuor d’avocats dénonce le traitement de Clément F., 20 ans, ce manifestant frappé par un policier près de la gare de l’Est à Paris lors d’une manifestation de “Gilets Jaunes” samedi 18 janvier. Le policier, ainsi que deux de ses collègues, a porté plainte pour “violences volontaires” contre le manifestant lundi matin.

Sur plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on voit le policier donner des coups au jeune homme interpellé alors qu’il est à terre. Sur ces faits, le parquet de Paris a ouvert dimanche 19 janvier une enquête pour “violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique” confiée à l’IGPN. De son côté, le policier filmé accuse le manifestant de violences et d’avoir empêché une autre interpellation, d’où cette plainte. Il explique par ailleurs que, lors de l’interpellation, le manifestant lui a craché du sang au niveau de la bouche. Selon Stanislas Gaudon, porte-parole du syndicat Alliance, le jeune homme a dit : “J’ai le sida, tu vas crever”.

Les avocats du manifestant appellent à sa remise en liberté “au plus vite (…) pour qu’il puisse panser ses blessures”. Ils affirment qu’“aucun policier n’a jamais été jugé en comparution immédiate, contrairement à des milliers de manifestants”. Ils déplorent cette “différence de traitement” alors que leur client est en train d’être déféré au parquet, après sa garde à vue. Un magistrat va lui signifier dans l’après-midi sa convocation devant le tribunal correctionnel. En attendant le procès, le parquet va requérir son placement sous contrôle judiciaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *