Les audiences TV 2020 marquées par la pandémie et les confinements

Spread the love
  • Yum

En 2019, les chaînes ont perdu 6 minutes. Avec de vraies inquiétudes pour 2020 compte tenu du rapide essor de la SVOD. Ce qui nous faisait écrire en début d’année : « Là où il n’y a plus d’amélioration possible, le déclin est proche». Car rien ne laissait supposer que la courbe baissière allait s’inverser en 2020 après 4 années de repli de la durée d’écoute par individu de 4 ans et plus. 

Durée d’écoute record en avril : 4h40

Au final, la durée d’écoute globale de la TV en 2020 s’établit à 3h58 (3h54 pour la durée d’écoute de la TV Live, TV et Replay), en hausse de 18 minutes par rapport à 2019. La durée d’écoute globale de la TV mesure les 4 écrans comprenant l’écran TV et les trois écrans internet ; le live, le différé et le replay ; au domicile et en mobilité depuis le mars 2020 c’est-à-dire chez des parents ou des amis et dans tous les autres lieux (résidence secondaire, vacances, transports, voiture, lieux publics, bars). 

Cette hausse inattendue est liée à l’explosion des audiences TV pendant les deux périodes de confinement : durant le premier confinement (du 17 mars au 11 mai) la durée d’écoute individuelle (DEI) a bondi à 4h29, puis est montée à 4h40 en avril pour redescendre à 4h03 en mai ; durant le deuxième confinement (du 30 octobre au 15 décembre), la durée d’écoute a repassé la barre des 4h pour atteindre 4h23 en novembre et 4h11 en décembre.

La crise pousse la TV à s’adapter

En 2020, toutes les catégories d’âge ont passé plus de temps devant la TV : l’écart de durée d’écoute le plus important est à mettre à l’actif des individus de 50 ans et plus (+34 minutes). En dehors des enfants de 4 à 14 ans pour lesquels la durée d’écoute reste stable d’une année sur l’autre, toutes les tranches d’âge ont passé beaucoup plus de temps devant la télévision en 2020. On note que les jeunes (les 15-34 ans), dont on craint la fuite des écrans TV, reviennent en 2020 à la durée d’écoute de 2018 avec 1h57 en moyenne. 

Alors que de nombreux observateurs doutaient de la capacité des chaînes à séduire les téléspectateurs face à la déferlante de la SVOD, on constate que la pandémie a poussé les patrons de chaînes à modifier leurs grilles de programmes pour s’adapter aux contraintes du confinement. Au cours de cette année TV atypique, l’information a occupé une place prépondérante comme en témoigne le classement des audiences : les retransmissions des interventions du président Macron diffusées sur TF1 et France 2 totalisent 18 des meilleures audiences de l’année ; son allocution du 13 avril avait été suivie par 36,7 millions de téléspectateurs (14,6 millions sur TF1, 11,1 millions sur France 2), un record absolu. En journée, les chaînes ont remis à plat leurs grilles, soit pour les adapter à la demande de familles confinées, soit en raison de l’arrêt des tournages de certains programmes, comme les jeux ou bien les séries quotidiennes. Le cinéma français s’est aussi invité pour divertir le public : on retiendra les 50 millions de téléspectateurs réunis à l’occasion de la rediffusion des films de Louis de Funès. Parmi les programmes créés pendant la pandémie et qu’on retrouvera ensuite à plusieurs reprises dans la grille de M6 en 2020 et en 2021, il y a Cyril Lignac et son “Tous en Cuisine”.  De son côté, le leader TF1 a réussi à faire s’évader son public avec son incontournable jeu d’aventures “Koh Lanta”.

Le match des chaînes

En 2020, TF1 a conservé son leadership et donc sa première place sur le podium des parts d’audience. Pourtant la chaîne a concédé 0,3 point en 2020 pour terminer à 19,2 % de part d’audience. Par rapport à 2018, la chaîne affiche un repli d’un point. Dans le même temps, sa principale rivale, France 2, affiche un gain de 0,2 point par rapport à 2019 et un gain de 0,6 point par rapport à 2018 : France 2 termine l’année 2020 à 14,1 % de pda. L’écart avec TF1 diminue, mais reste supérieur à 5 points.

C8 perd aussi 0,3 point à 2,6 % de part d’audience, loin des 3% de 2018.

La durée d’écoute de la TV a fortement augmenté en 2020, ce qui n’a pas empêché 11 chaînes de voir leur pda reculer au profit des chaînes d’information qui affichent les plus fortes progressions en 2020 : BFM TV et CNEWS gagnent 0,6 point alors que LCI et France Info gagnent 0,2 point. BFM TV reste la première chaîne d’info en continu de France avec ses 2,9% de pda, suivie de CNEWS qui, malgré un positionnement qui suscite le débat, grimpe à 1,4 % pda. LCI et France Info progressent aussi, mais moins rapidement que les deux autres chaînes.  Sur 2 années, les 2 chaînes qui affichent la plus forte progression de leur pda sont CNEWS (+0,7) et France 2 (+0,6 points).

Un avenir toujours incertain

Alors que 2019 s’était terminée sur une inquiétude justifiée et réelle par rapport à l’émergence ravageuse de la SVOD, 2020 se termine dans un climat d’incertitude totale. Malgré des durées d’écoute en hausse, le prolongement des mesures de lutte contre l’épidémie met en difficulté le modèle économique de toutes les chaînes privées en clair. La publicité mondiale est en mode pause, les sources de revenus complémentaires issues de la diversification sont actuellement asséchées, et les mesures de confinement à répétition ont tendance à user les téléspectateurs. C’est dans ce contexte d’incertitude et de manque de visibilité économique et commerciale que les chaînes doivent traverser l’année. Leur capacité d’adaptation et leur créativité seront des éléments déterminants de leur succès en 2021, ce qui pourrait se résumer à la célèbre citation d’hombre dans l’Iliade :  “C’est par l’adresse que vaut le bûcheron, bien plus que par la force.”

Leave a Reply

%d bloggers like this: