PASCAL GUYOT via Getty ImagesPour toucher le chômage, il va bientôt falloir travailler plus longtemps dans un laps de temps plus court.

EMPLOI – Travailler plus pour… espérer toucher le chômage. Le gouvernement met la dernière touche à sa réforme de l’assurance-chômage qui sera dévoilée, selon Les Echos, le 17 juin. Édouard Philippe devrait en donner les grandes lignes cinq jours plus tôt dans son discours de politique générale mais pour les détails, il faudra patienter.

Le quotidien économique croit tout de même disposer de certains arbitrages; le plus précis concerne une nouvelle règle pour avoir le droit de bénéficier d’une indemnisation. Elle va durcir l’actuel dispositif avec pour objectif final de réduire le déficit du régime mais théoriquement sans augmentation des cotisations.

Aujourd’hui, il faut avoir travaillé quatre mois au cours des 28 derniers mois pour bénéficier du chômage. Soit en moyenne un jour sur sept. Dans la nouvelle version de l’exécutif, il faudra avoir travaillé six mois au cours des 24 derniers mois, soit un jour sur quatre. Le modèle français rejoindrait ainsi celui en vigueur en Grande-Bretagne tandis qu’il resterait un peu plus souple qu’en Allemagne où il faut avoir travaillé en moyenne un jour sur deux au cours des deux dernières années. 

Possiblement 250.000 salariés impactés

Pour l’heure, impossible de savoir combien de personnes n’auraient pas été indemnisées si les nouvelles règles étaient déjà en vigueur. Mais une simulation relativement proche et plus favorable aux salariés réalisée par l’Unedic estimait que 11% des allocataires seraient impactés soit presque 250.000 pour une économie de 160 millions d’euros. 

Si le montant des allocations ne devrait pas être revu à la baisse, le gouvernement envisage bien une dégressivité pour les plus hauts revenus, sans que l’on sache encore à partir de quel niveau de salaire les personnes seront concernés ni à partir de quand les allocations diminueront ni dans quelle proportion. Les Echos assurent que les seniors seraient exclus de cette nouvelle règle.

Au-delà de ces deux mesures concernant les salariés, l’exécutif va aussi prévoir un dispositif touchant les employeurs. Malgré l’opposition du Medef, un sytème de bonus-malus sur les cotisations patronales va être mis en place pour limiter le recours aux contrats courts. Mais les contours n’ont pas encore filtrés.

À voir également sur Le HuffPost: