Les acteurs du déploiement de la fibre optique relèvent la tête

Spread the love
  • Yum

Les acteurs du déploiement de la fibre optique relèvent la tête

La crise sanitaire ne freinera finalement qu’à la marge le déploiement de la fibre optique en France métropolitaine. Après avoir revu leurs ambitions à la baisse concernant le nombre de prises déployées cette année, les acteurs du secteur relèvent en effet la tête. Réunis pour les Assises du Très haut débit, qui se tenaient la semaine passée aux Sables-d’Olonne, ces derniers viennent en effet de réviser leur jugement et estiment aujourd’hui que le record établi en 2019, avec 4,8 millions de prises de fibre optique, a de grandes chances d’être battu en 2020.

Une bonne nouvelle que rien ne laissait présager au sortir du confinement du pays. Alors que la filière s’attendait auparavant à battre un nouveau record de productivité pour atteindre 5,3 millions de prises supplémentaires de fibre optique construites en 2020, après en avoir déjà réalisé 4,8 millions en 2019, celle-ci avait finalement dû tempérer son enthousiasme. « On s’attend à redescendre à 4,3 millions de prises construites en 2020, soit un million de moins qu’attendu, ce qui nous fait revenir à un rythme inférieur à celui constaté en 2019 », indiquait alors Infranum, qui regroupe les professionnels du secteur.

Il n’en sera finalement rien. « Si en 2019, le record de 4,8 millions de locaux raccordables avait été franchi, les acteurs du secteur estiment aujourd’hui que le niveau 2020 pourrait friser les 5 millions, soit nettement mieux que les 4,3 révisés au sortir du confinement », a ainsi fait savoir le président d’Infranum Etienne Dugas. « Grâce à une forte mobilisation et un travail collectif remarquable, nous dénombrons 20,3 millions de locaux raccordables aujourd’hui en France », s’est réjoui ce dernier, tout en rappelant qu’il ne s’agit que de la première moitié d’un chantier industriel de longue haleine.

publicité

Une course de fond

« Il en reste autant à déployer d’ici 2025 pour répondre aux objectifs du plan France THD. Et ce ne seront pas les prises les plus simples », a ainsi prévenu ce dernier lors des Assises du THD. Pour lever « les derniers freins opérationnels » à même de permettre une nouvelle montée en puissance du déploiement de la fibre sur le territoire, les acteurs du secteur demandent désormais aux autorités de supprimer les calculs de charges sur les appuis aériens communs pour les raccordements, qui peuvent s’avérer nécessaires en zone rurale.

Ils suggèrent aussi au gouvernement d’accélérer l’enrichissement de la Base d’adresses nationales (BAN), cette base de données qui fait correspondre des adresses postales et des situations géographiques afin de réduire au maximum le taux d’échec lors des raccordements. D’autres mesures sont également envisagées, comme la simplification des prises de décisions dans les copropriétés (via un glissement des prises de décisions vers le comité syndical de copropriété, quand les assemblées générales ne peuvent avoir lieu) ou encore une amélioration de la sous-traitance du raccordement final au niveau des bâtiments eux-mêmes.

Reste maintenant à voir si le message sera bien entendu par les autorités. Premier indice de leur implication : celles-ci consacreront 7 milliards d’euros de l’enveloppe du plan de relance au numérique, et donc pour une part au déploiement de la fibre optique, qui doit à terme remplacer le réseau cuivre et sera consacré comme « un service universel à l’horizon 2025 », dixit le secrétaire d’Etat au Numérique Cédric O.

Leave a Reply

%d bloggers like this: