L’entrée massive de migrants à Ceuta aggrave la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Des soldats espagnols essayent d’intercepter des migrants à Ceuta, près de la frontière avec le Maroc, le 18 mai 2021.

La tension est montée d’un cran en Espagne dans la crise politico-migratoire qui l’oppose au Maroc. Lors d’une allocution télévisée, mardi 18 mai, le chef du gouvernement socialiste, Pedro Sanchez, a rappelé à Rabat que les « liens d’amitié » avec Madrid se fondent sur le « respect des frontières mutuelles » et a insisté sur sa « détermination » à résoudre, « avec célérité » et « fermeté », la « grave crise pour l’Espagne et l’Europe » que représente l’entrée massive, lundi, de milliers de migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, sur la côte nord du Maroc.

« L’intégrité territoriale de l’Espagne, de ses frontières, qui sont aussi les frontières extérieures de l’Union européenne, et surtout la sécurité de nos compatriotes et leur tranquillité seront défendues par le gouvernement espagnol, à tout moment, face à n’importe quel défi, avec tous les moyens nécessaires et conjointement avec ses partenaires européens », a précisé M. Sanchez, peu avant d’aller visiter les deux enclaves.

Lire aussi Ceuta : la moitié des 8 000 migrants entrés dans l’enclave lundi a été expulsée par Madrid

Devant la frontière grillagée de Ceuta, quatre tanks et des dizaines de militaires ont été déployés, mardi, tandis que de l’autre côté des centaines de Marocains se massaient encore aux abords de la plage, attendant le moment de franchir les quelques mètres qui les séparent de l’Espagne ou se jetant à la mer pour être repêchés plus loin par la garde civile. Deux cents policiers et gardes civils espagnols étaient attendus dans la journée en renfort. De son côté, le Maroc a convoqué en urgence à Rabat son ambassadrice en Espagne.

La veille, près de 6 000 Marocains, dont quelque 1 500 mineurs, avaient rejoint Ceuta à la nage ou en longeant à pied les digues qui bordent les plages de Benzu, au nord, et de Tarajal, au sud. Une personne est morte noyée. Près de 3 800 adultes avaient déjà été reconduits à la frontière entre lundi et mardi – les mineurs ne pouvant pas être rapatriés –, selon le ministre espagnol de l’intérieur, Fernando Grande-Marlaska, mais l’ampleur de ces arrivées n’en est pas moins inédite dans une ville pourtant habituée à la pression migratoire.

Pedro Sanchez annule son voyage à Paris

Jeunes hommes, familles entières, femmes ou enfants non accompagnés n’ont pas été refoulés par la police marocaine, passive, absente, voire complice. Sur la vidéo d’un syndicat policier espagnol, diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir comment certains agents ont ouvert une porte grillagée pour faciliter le passage de dizaines d’hommes et d’adolescents. Franchissant sans entrave la frontière, les migrants ont pris de court les forces de l’ordre espagnoles.

Il vous reste 61.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: