Le « séisme politique » de l’affaire Griveaux atteint Macron – Le Monde

Spread the love
  • Yum
A l’entrée du meeting de lancement de campagne pour les municipales de Benjamin Griveaux au Théatre Libre, à Paris le 18 juillet 2019.

De l’avis d’un député « marcheur », l’annonce du retrait de Benjamin Griveaux de la course à la Mairie de Paris, vendredi 14 février, a agi comme un « séisme politique » pour la majorité et l’exécutif. Impossible de réserver de la « bande passante », comme on dit en Macronie, pour autre chose tant l’événement secoue le pouvoir en place. De par son caractère inédit, d’abord : l’immixtion d’une affaire privée – la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo intime du candidat – dans le débat public aura rarement eu un tel impact politique. De par la personnalité du protagoniste, ensuite : Benjamin Griveaux est depuis bientôt quatre ans l’un des visages les plus connus de l’aventure ayant conduit Emmanuel Macron à l’Elysée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Il n’y avait pas vraiment d’autre solution » : de la diffusion des photos intimes au renoncement de Benjamin Griveaux

Vendredi matin, le premier ministre, Edouard Philippe, qui présentait une partie des candidats figurant sur sa liste pour les élections municipales au Havre, s’en est même agacé. « La décision prise par Benjamin Griveaux, je la respecte, j’aurai l’occasion de lui exprimer directement ma sympathie et mon soutien. Mais comme il ne vous a pas échappé, et comme peut-être trouvez-vous un peu frustrant, lorsque je suis au Havre, je parle du Havre », a-t-il lancé à la presse. Quelques minutes plus tard, le chef du gouvernement affinait son propos sur Twitter : « Je pense à Benjamin Griveaux qui a pris une décision en conscience. Une décision difficile. A présent, il est urgent de laisser l’homme et sa famille en paix. »

« Boules puantes »

Le même inconfort habitait la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, et la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, en milieu de journée, au ministère de la santé, où les deux femmes avaient rejoint leur collègue chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, pour parler de la réforme en présence de députés. Lors du point-presse organisé à l’issue de la rencontre, c’est Sibeth Ndiaye qui s’est acquittée de la tâche délicate de poser des mots sur cette « décision extrêmement courageuse » de M. Griveaux. « Une décision qu’il a prise seul, ou tout du moins dans un cercle intime familial », a souligné cette proche de l’ancien porte-parole du gouvernement, tout en dénonçant « une campagne de bassesse » et de « boules puantes ».

Visage fermé, Mme Schiappa s’est, quant à elle, éclipsée sans s’exprimer sur le sujet. Pressentie comme un possible recours, celle qui figure sur la liste de La République en marche (LRM) dans le 14arrondissement de Paris a fait savoir qu’elle ne comptait pas remplacer M. Griveaux. « Non », avait-elle répondu, un peu plus tôt, lunettes de soleil sur le nez, face aux caméras qui l’interrogeaient sur une possible candidature comme tête de liste.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *