Le Secours populaire a vu exploser la grande précarité pendant le confinement – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Une affiche portant la mention « Produits FEAD » (Fonds européen d’aide aux plus démunis), dans l’entrepôt d’un centre de distribution du Secours Populaire, à Mulhouse, le 11 juin.

Le Secours populaire a enregistré une explosion des demandes d’aide alimentaire pendant le confinement, où près d’un requérant sur deux était un nouveau venu, selon le dernier baromètre de l’association publié mercredi 30 septembre.

Pendant les deux mois du confinement, 1 270 000 personnes ont sollicité l’aide du Secours populaire dans ses permanences d’accueil – contre 3,3 millions sur toute l’année 2019. L’organisation s’attend à un chiffre « largement supérieur » pour l’année 2020. Parmi ces demandeurs, 45 % étaient jusque-là inconnus de l’association, indique ce baromètre réalisé avec Ipsos.

« Un chiffre absolument énorme », s’alarme Henriette Steinberg, secrétaire générale de l’association. « Mais j’ai bien peur que ce soit encore en train d’augmenter », affirme-t-elle à l’Agence France-Presse.

Le confinement a aussi accentué les inégalités scolaires, avec le « manque de matériel informatique (ordinateurs, imprimantes) et d’accès à Internet pour suivre l’école à distance, des logements exigus ne permettant pas de s’isoler pour étudier dans le calme », souligne l’association, rappelant que 500 000 enfants auraient décroché scolairement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On retombe dans l’inquiétude » : avec le déconfinement, les associations perdent de nouveau leurs bénévoles

« Urgence »

Les étudiants, nombreux à occuper des petits boulots pour financer leurs études, représentent une autre catégorie durement touchée par la crise et le chômage qui l’a accompagnée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aide alimentaire aux étudiants : « C’est dur de venir ici, on n’a pas l’habitude de faire ça… »

« Nous n’avons jamais vécu une situation pareille depuis la deuxième guerre mondiale, et il y a urgence pour aider tous ces gens », affirme la responsable associative. « Beaucoup n’avaient jamais demandé d’aide à personne. Et là, non seulement ils n’ont plus de quoi se nourrir, mais ils ne peuvent plus payer leur loyer ni l’électricité. »

En France, la forte hausse du chômage déjà enregistrée en 2020 risque de continuer, avec 800 000 suppressions d’emplois attendues cette année, selon la Banque de France, avant même l’annonce de nouvelles mesures de restrictions sanitaires le 23 septembre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Temps, compétences, dons… Un plein d’idées pour s’engager et aider

Selon l’ONU, à l’échelle mondiale, la pandémie de Covid-19 pourrait faire basculer plus de 130 millions de personnes supplémentaires dans la faim chronique d’ici à la fin de l’année.

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *