Le Royaume-Uni accuse la Russie de cyberattaques et d’interférences dans ses élections – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Le Royaume-Uni a simultanément accusé la Russie, jeudi 16 juillet, d’interférences dans sa campagne pour les élections générales de fin 2019, et de cyberattaques visant sa recherche en matière de vaccins et de thérapies anti-Covid-19. Le pays « demande l’arrêt des cyberattaques irresponsables des services de renseignement russes, qui ont collecté des informations sur les développements de vaccins et la recherche liée au Covid-19 », a fait savoir le Foreign Office, dans une démarche commune avec le Canada et les Etats-Unis.

« Il est totalement inacceptable que les services de renseignement russes ciblent ceux qui luttent contre la pandémie liée au coronavirus », a déclaré Dominic Raab, le ministre des affaires étrangères britannique. « Quand d’autres poursuivent des intérêts égoïstes, avec des comportements irresponsables, le Royaume-Uni et ses alliés, eux, se concentrent sur la recherche d’un vaccin et la protection de la santé dans le monde. »

Cibles de hackers

Selon l’Agence nationale pour la cybersécurité du Royaume-Uni (NCSC), des compagnies pharmaceutiques et des laboratoires de recherche ont été visés par le groupe de hackers APT29 – également connu sous les noms The Dukes ou Cozy Bear – entretenant des liens « presque certains » avec les renseignements russes. Les attaques, très ciblées, auraient commencé au début de la pandémie et seraient toujours en cours. Mais aucune formule – vaccin, thérapie – n’aurait été dérobée.

Lire aussi Etats-Unis, Royaume-Uni et Canada accusent la Russie d’avoir voulu pirater des centres de recherche sur le Covid-19

Les équipes d’Oxford et de l’Imperial College, à Londres, mènent d’intenses recherches, comme une dizaine d’autres dans le monde, pour parvenir le plus vite possible à un vaccin contre le coronavirus. « La Russie n’a rien à voir avec ces attaques, nous n’acceptons pas de telles accusations », a réagi Dmitry Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, dans le Financial Times, le 16 juillet.

Il est également « pratiquement certain » que des « acteurs russes ont cherché à interférer dans les élections générales de 2019 », a affirmé M. Raab dans un courrier adressé à la Chambre des communes. En cause : « l’amplification en ligne » de documents gouvernementaux « acquis illicitement ». Le ministre des affaires étrangères fait cette fois référence à plusieurs centaines de pages rendant compte de discussions préliminaires entre Londres et Washington à l’ouverture de négociations commerciales en vue d’un accord de libre-échange (les discussions formelles ont commencé ce printemps). Les documents ont d’abord été postés sur la plate-forme de partage Reddit, puis, « comme ils attiraient peu l’attention, (…) d’autres tentatives ont eu lieu pour [les] promouvoir dans le cadre des élections générales », a ajouté M. Raab. « Toutes les tentatives d’interférences dans notre processus démocratique sont absolument inacceptables. »

Il vous reste 41.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: