Le réseau Tor fait appel à ses partenaires pour sécuriser son financement

Spread the love
  • Yum

Le réseau Tor fait appel à ses partenaires pour sécuriser son financement

Pour garantir sa pérennité pour les années à venir, le projet Tor fait appel à ses entreprises utilisatrices. C’est ainsi que l’ONG a lancé un “tour de table” auprès des entreprises qui utilisent sa technologie afin d’assurer l’avenir du réseau en diversifiant le financement et en approfondissant les partenariats avec d’autres fournisseurs de logiciels. Ce nouveau programme à but non lucratif a déjà suscité l’adhésion de sociétés comme Avast, DuckDuckGo, Insurgo, Mullvad VPN ou encore Team Cymru.

Autant de groupes impliqués dans le domaine de la sécurité et de la protection de la vie privée qui doivent contribuer à garantir des sources de financement diversifiées à un projet loué pour sa dimension de protection de la vie privée. Pour rappel, le réseau Tor a pour ambition de réduire notre empreinte numérique, d’empêcher toute traçabilité et d’améliorer notre vie privée en général. Le tout via un système de noeuds, d’adresses .oion et de relais répartis dans le monde entier destiné à contourner les blocs de censure.

Avec cette technologie, Tor a aujourd’hui gagné en popularité jusqu’à voir son offre déployée par de nombreuses organisations tierces. A l’image de  GlobaLeaks et SecureDrop, ou encore du navigateur Brave, qui utilise la technologie de Tor pour déployer ses “fenêtres de confidentialité”.

publicité

Un besoin de financement plus agile

Reste que tout cela a un coût. Pour garantir le financement de ses nouveaux développements, Tor a lancé un programme d’adhésion qui se ambitionne de permettre à l’organisation de développer “une nouvelle façon pour les organisations à but non lucratif et du secteur privé de soutenir financièrement son activité”. Celui-ci doit notamment permettre au réseau Tor de sécuriser ses sources de financement et de créer un “processus de développement plus agile”.

En temps qu’organisation à but non lucratif, l’organisation explique en effet qu’elle dépend trop souvent de subventions qui peuvent prendre de six à douze mois pour se concrétiser après l’acceptation du dossier. Un véritable obstacle alors que le développement des correctifs de sécurité et des changements de code nécessaires pour suivre les mises à jour du web et du système d’exploitation ont besoin d’un délai rapide pour être financés.

“Nous ne pouvons jamais exécuter immédiatement des solutions de manière agile ou expérimenter rapidement les voies possibles”, regrette la direction de Tor, qui indique “vouloir changer cela afin de pouvoir répondre aux problèmes et démarrer les projets plus rapidement”. Le programme d’adhésion vise à étendre les partenariats avec des tiers, et les organisations qui envisagent d’utiliser la technologie Tor sont encouragées à rejoindre le programme.

“Nous sommes heureux de proposer un moyen pour les entreprises de souligner leur engagement envers la vie privée et la liberté en ligne, de soutenir le développement de logiciels Tor, et de recevoir des conseils pour intégrer Tor dans leurs produits”, a déclaré Isabela Bagueros, directrice exécutive du projet Tor. “Créer un Internet meilleur et plus privé nous prend tous, et le programme d’adhésion au Projet Tor aide à concrétiser cette vision”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *