Le procès de Jonathann Daval s’ouvre devant les assises de Haute-Saône – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Isabelle Fouillot et Jean-Pierre Fouillot, les parents d’Alexia Daval, entourant Jonathann Daval, le 5 novembre 2017 lors d’une marche silencieuse en l’honneur de la victime.

Samedi 28 octobre 2017 à 9 h 13, Stéphanie Fouillot reçoit ce SMS de sa sœur, Alexia Daval : « Hello tout le monde debout. Je vais aller courir un coup, je passerai peut-être vous faire un coucou si je suis motivée. Bisous. » Trois heures plus tard, à 12 h 15, Jonathann Daval se rend à la gendarmerie de Gray (Haute-Saône) car son épouse n’est toujours pas revenue de son footing matinal.

La veille, explique cet informaticien de 34 ans aux gendarmes, ils sont rentrés à 23 h 30 d’une soirée raclette chez les parents d’Alexia. Au réveil, ils ont pris leur petit-déjeuner ensemble. Elle s’est préparée pour aller courir. Il est allé passer la matinée en ville. C’est après avoir essayé plusieurs fois, sans succès, de la joindre sur le fixe de la maison qu’il a commencé à s’inquiéter.

Lire aussi Jonathann Daval sera jugé pour « meurtre sur conjoint » aux assises

Alexia Daval n’est pas sortie courir ce matin-là. Elle n’a pas envoyé de SMS à sa sœur. A 9 h 13, elle est déjà morte depuis plusieurs heures, tuée par son époux, dont le procès s’ouvre lundi 16 novembre à Vesoul devant la cour d’assises de Haute-Saône. Mais la France ne l’apprendra que trois mois plus tard.

En attendant, une enquête pour « enlèvement et séquestration » est ouverte, et déjà surgissent des éléments troublants. Personne n’a vu Alexia courir ce samedi matin. Et si les deux époux sont rentrés se coucher à 23 h 30, comme l’affirme Jonathann, pourquoi les voisins ont-ils entendu à 1 h 26 le bruit de la plaque métallique instable se trouvant dans l’allée des Daval, ce bruit caractéristique qu’ils entendent à chaque fois que le véhicule du couple roule dessus ?

Voiture équipée d’un tracker GPS

Deux jours après sa disparition, Alexia Daval est retrouvée morte dans le bois de la Vaivre, à cinq kilomètres de chez elle. Son cadavre, recouvert d’un drap blanc et dissimulé sous des branches, est partiellement calciné. A proximité, les gendarmes ramassent le bouchon d’une bombe aérosol.

La mort violente de la conseillère bancaire de 29 ans suscite une vive émotion, à Gray et au-delà. Une marche blanche rassemble près de 10 000 personnes dans les rues de cette petite commune des bords de Saône qui compte 5 000 habitants. La basilique Notre-Dame de Gray est trop petite pour accueillir les centaines de personnes venues aux funérailles. Des footings en hommage à Alexia sont organisés partout en France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jonathann Daval ou la compassion trahie

Pendant ce temps, en coulisse, la section de recherches de la gendarmerie de Besançon empile les indices. Jonathann Daval dit avoir appelé plusieurs fois le fixe de la maison depuis son portable le 28 octobre au matin ? Cela n’apparaît sur aucun des deux téléphones. Et le texto de 9 h 13, dans lequel Alexia annonce à sa sœur qu’elle part courir, étonne : il ne porte pas sa signature, elle qui avait tendance à abréger les mots dans ses messages.

Il vous reste 62.87% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: