Le président du CNC, Dominique Boutonnat, visé par une plainte pour agression sexuelle et tentative de viol – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma, en septembre 2019, à La Rochelle (Charente-Maritime).

Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma (CNC), a été placé en garde à vue, mercredi 10 février, à Nanterre après une plainte pour agression sexuelle et tentative de viol. Déposée le 7 octobre 2020, elle émane de son filleul de 22 ans, pour des faits qui auraient eu lieu en août, a précisé le parquet de Nanterre, confirmant une information de BFM-TV et ajoutant que ce jeune homme n’a aucun lien familial avec M. Boutonnat.

La plainte a donné lieu à l’ouverture d’une enquête confiée à la police judiciaire de Nanterre. « Dominique Boutonnat conteste avoir commis quelque infraction que ce soit, il est tout à fait serein sur l’issue de cette procédure », a déclaré au Monde son avocat, Emmanuel Marsigny.

L’Obs, qui a pu consulter la plainte, détaille le récit livré par le jeune Alexis (le prénom a été modifié) aux autorités, deux mois après les faits dénoncés. Dominique Boutonnat, explique le plaignant, est son parrain, et un ami d’enfance de sa mère. Les familles sont très proches. « En juillet 2020, quand le président du CNC invite celle d’Alexis à venir passer quelques jours dans sa villa sur l’île grecque de Kéa, les parents du jeune homme acceptent naturellement », affirme le magazine.

Bienveillant et bon conseiller

L’étudiant précise que son parrain s’est toujours montré à l’écoute, bienveillant et bon conseiller. « Dominique Boutonnat l’a accueilli quelques mois dans sa maison de Londres, avec sa femme et ses enfants, quand il était tout juste majeur », selon L’Obs. Alexis explique aux policiers avoir eu « deux adultes référents », sa mère et son parrain, même si « son père est bien présent aussi ». C’est donc à eux, en premier, qu’il a révélé son homosexualité. 

Lire l’enquête : Quatre nouvelles plaintes contre le couple de producteurs Louvin-Moyne, pour viols et agressions sexuelles

A l’été 2020, l’atmosphère change. Alexis raconte avoir été invité à se baigner nu dans la piscine par son parrain, et avoir été « incité à boire, beaucoup, le soir », une fois tous les occupants de la villa grecque endormis.

La soirée du 3 août, raconte-t-il, commence « dans une ambiance douce et agréable ». Après un dîner au restaurant, les trois familles – celle de Dominique Boutonnat, celle d’Alexis et une troisième invitée pour les vacances – s’attardent au bord de la piscine. Seuls Alexis et son parrain restent discuter.

Perte de poids, crises d’angoisse, pensées suicidaires, Alexis décrit une descente aux enfers. Il en parle à ses amis, puis à ses parents et décide de déposer une plainte

Il vous reste 55.49% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: