Le patron de Moderna déplore que l’UE n’ait ni financé, ni commandé son vaccin – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Sur BFM Business, Stéphane Bancel a indiqué que son candidat-vaccin a été financé à 100% par le gouvernement américain et s’étonne que l’Europe n’ait pas encore passé commande pour son vaccin.

“On a signé avec un grand nombre de pays au monde mais pas avec l’Europe.” Interrogé sur BFM Business, Stéphane Bancel s’est étonné que les pays de l’Union Européenne ne montrent pas plus d’empressement à sécuriser l’approvisionnement de son vaccin.

Le patron français de Moderna, ce laboratoire qui a annoncé ce jour des résultats intermédiaires encourageants pour son candidat vaccin à ARN messager, assure que les Etats-Unis eux ont déjà passé commande.

“On discute avec beaucoup de pays d’Europe depuis le mois de mai mais nous n’avons aucune signature de contrat, assure Stéphane Bancel. Le vaccin est sur le point d’être approuvé par les autorités sanitaires européenne, ce serait dommage qu’aucun pays ne puisse en disposer.”

La jeune société Moderna fondée en 2011 a reçu un investissement de 1 milliard de dollars pour développer son vaccin de la part des Etats-Unis.

“Le développement de ce vaccin a été 100% financé par le gouvernement américain, précise le patron de Moderna. Tous les essais ont été effectués aux Etats-Unis et nous n’avons pas reçu un euro de l’Europe.”

“Un vaccin produit en Suisse”

La production du vaccin devrait débuter aux Etats-Unis où la société possède un site industriel. Moderna a levé 1,3 milliard de dollars en mai pour développer son site industriel situé à Boston. La compagnie qui n’a pas la taille du géant Pfizer assure pouvoir produire 20 millions de doses d’ici la fin de l’année si son vaccin est approuvé. Et entre 500 millions et 1 milliards de doses sur l’année 2021.

Pour cela, la société a noué des partenariats industriels.

“Nous avons des accords très importants avec la société suisse Lonza qui fabriquera notre vaccin en Europe qui sera ensuite mis sous flacon en Espagne pour le marché européen et quelques pays du Moyen-Orient”, détaille Stéphane Bancel.

La compagnie espère avoir l’accord des autorités sanitaire sous 7 à 15 jours et espère pouvoir mettre son vaccin sur le marché dans les derniers jours de 2020 ou début janvier 2021.

La technologie utilisée par Moderna est la même que celle de Pfizer/BioNTech qui le premier a annoncé des résultats intermédiaires prometteurs, l’ARN messager qui envoie des instructions à notre organisme afin qu’il produise des anticorps. Mais les deux sociétés ont utilisé des technologies différentes.

“Les matières chimiques et les brevets utilisés sont différents entre Pfizer et nous, assure le patron de Moderna. D’ailleurs, les produits seront stockés différemment. Notre vaccin peut être stocké durant 30 jours à -20°C alors qu’avec celui de Pfizer, il n’y a pas de possibilité de de le stocker dans un frigo normal comme on le fait avec l’insuline par exemple.”

Moderna se félicite en tout cas que de nombreuses sociétés aient développé un vaccin.

“Aucune société dans le monde n’est capable de vacciner la planète entière, il faudra bien quatre ou cinq société de vaccins pour ça.”

Outre Pfizer et Moderna, de nombreux géants pharmaceutiques sont dans la phase 3 du développement de leur candidat-vaccin comme AstraZaneca ou le français Sanofi.

Frédéric Bianchi

Leave a Reply

%d bloggers like this: