Le Parquet national financier ouvre une enquête préliminaire visant Ségolène Royal – Le Monde

Spread the love
  • Yum
En novembre 2019, Ségolène Royal avait dénoncé une « pseudo-enquête » contenant des « insinuations diffamatoires » et des « faux témoignages ».

Le Parquet national financier (PNF) a annoncé, mercredi 15 janvier, avoir ouvert une enquête préliminaire concernant l’usage fait par Ségolène Royal des moyens mis à sa disposition en tant qu’ambassadrice des pôles, confirmant une information de la cellule d’investigation de Radio France.

L’ouverture de l’enquête fait suite aux révélations de Radio France publiées en novembre selon lesquelles Mme Royal aurait utilisé son poste d’ambassadrice des pôles pour promouvoir ses activités personnelles. Selon la radio publique, son assistante personnelle et son conseiller en communication attachés à son cabinet d’ambassadrice l’ont, ensemble ou séparément, accompagnée à plusieurs reprises depuis un an et demi lors d’événements sans rapport avec son activité d’ambassadrice, notamment pour promouvoir l’un de ses livres.

Certaines aides de l’ambassadrice auraient également été mises à contribution pour sa fondation Désirs d’avenir pour la planète, créée en février 2018. « D’après nos informations, le conseiller communication de Ségolène Royal s’est impliqué personnellement, notait la radio publique. Un document de l’ambassade de France au Sénégal explique qu’il a effectué un voyage de deux jours pour constater l’avancée des projets de maternités solaires” en Casamance. »

« Rien de nouveau »

« Rien de nouveau », a très rapidement réagi Ségolène Royal, mercredi sur son compte Twitter, ajoutant que « toutes les explications » seraient données ce mercredi sur Facebook.

En novembre 2019, Ségolène Royal avait dénoncé une « pseudo-enquête » contenant des « insinuations diffamatoires » et des « faux témoignages », le tout publié par un journaliste « délateur ». « Mes collaborateurs travaillent 35 heures au service de la mission qui m’est confiée, au service des pôles, et sur le temps disponible il leur arrive de m’accompagner au long cours », a-t-elle déclaré sur France Inter le 20 novembre.

Mardi 14 janvier, sur sa page Facebook, Ségolène Royal faisait savoir que l’exécutif avait l’intention de mettre un terme à ses fonctions d’ambassadrice du fait de ses « récentes prises de parole publiques ».

Lire aussi Ségolène Royal accusée d’utiliser son poste d’ambassadrice des pôles pour promouvoir ses activités personnelles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *