Chicago a connu mercredi le second jour le plus froid de son histoire avec – 29 °C. Les records de ces derniers jours ont fait au moins dix morts dans le « Midwest ».

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 00h06

Temps de Lecture 3 min.

La glace s’accumule le long de la rive du lac Michigan, à Chicago, Illinois, le 31 janvier. La veille, la ville avait connu le second jour le plus froid de son histoire avec – 29 °C.

La glace s’accumule le long de la rive du lac Michigan, à Chicago, Illinois, le 31 janvier. La veille, la ville avait connu le second jour le plus froid de son histoire avec – 29 °C. SCOTT OLSON / AFP
Le nord des Etats-Unis était toujours aux prises jeudi 31 janvier avec une vague de froid historique qui frappe la région depuis plusieurs jours et se dirige lentement vers la côte Est. Les conditions restaient difficiles pour des dizaines de millions d’habitants du « Midwest » où des records de froid ces derniers jours ont fait au moins dix morts.

L’air polaire descendu de l’Arctique a provoqué des coupures d’eau et d’électricité, des perturbations dans les transports et de nombreux accidents de la route. La plupart des administrations locales, des entreprises et des écoles restaient fermées jeudi. La poste américaine a prolongé la suspension de sa distribution de courrier dans plusieurs Etats.

Le redoux est toutefois en vue alors que la masse d’air se déplace vers l’Est. « Les températures vont lentement commencer à remonter à mesure que la masse d’air se réchauffe », a indiqué le service météorologique national (NWS). Mais à cause du vent, elles devaient rester entre – 29 °C et – 46 °C en ressenti dans certaines parties du Midwest. « On n’en a pas encore fini, il reste 24 heures où le temps sera à des niveaux dangereux », a averti Gretchen Whitmer, gouverneure du Michigan.

« Séismes de gel »

Chicago, troisième ville du pays, a connu mercredi le second jour le plus froid de son histoire avec – 29 °C. Le record de – 32 °C date du 20 janvier 1985. La ville a connu des phénomènes naturels hors du commun cette semaine, comme les « séismes de gel ». Selon la télévision locale WGN, plusieurs habitants ont dit avoir entendu des explosions provoquées par de l’eau gelée dans le sol qui se brise sous la pression des pas.

Plus de 2 300 vols intérieurs et internationaux étaient annulés jeudi, selon le site spécialisé FlightAware. Les autorités ont renouvelé leurs consignes de sécurité, mettant en garde contre les risques d’hypothermie et d’engelures. Les employés des aéroports de Chicago devaient ainsi limiter leurs activités à l’extérieur à 15 minutes. La société de chemins de fer Amtrak reprenait lentement ses activités après avoir annulé tous ses trains au départ de Chicago mercredi.

Parmi les dix victimes du froid figure un étudiant de l’université de l’Iowa âgé de 18 ans, retrouvé inconscient mercredi matin près d’un bâtiment du campus, alors qu’il faisait – 46 °C dans la ville d’Iowa City, selon la chaîne locale KCCI.

Le Michigan et le Minnesota ont demandé aux habitants de régler leurs thermostats à 18 degrés maximum pour éviter la saturation des réseaux de gaz naturel et d’électricité. A Detroit, les trois principaux constructeurs automobiles ont suspendu ou limité leurs opérations pour économiser du gaz, selon le quotidien Detroit News.

Plus froid qu’en Sibérie

Plus au nord, les services météo du Canada ont émis jeudi un « avertissement de froid extrême » pour Winnipeg (centre) avec des températures qui ont chuté jusqu’à – 31°C, après – 40 °C la veille. « Les températures à Winnipeg sont plus froides qu’en Sibérie », a observé la chaîne CTV. La plupart des écoles, collèges et universités sont toutefois restés ouvertes et le trafic de l’aéroport n’a pas été perturbé.

La glace a également bloqué la navigation sur le fleuve Saint-Laurent, voie commerciale stratégique reliant l’océan Atlantique aux provinces canadiennes du Québec et de l’Ontario ainsi qu’à Detroit et à Chicago. Le trafic reprenait lentement jeudi matin à Montréal après l’intervention de navires brise-glace.

Une partie des célèbres chutes du Niagara, à la frontière américano-canadienne, ont aussi gelé mercredi. Le fleuve Mississippi, à la hauteur de l’Illinois et de l’Iowa, était lui aussi en partie gelé alors que la neige continuait à tomber, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse.

L’air froid, accompagné de chutes de neige, se dirige vers l’Atlantique et il pourrait même faire près de + 15 °C dans le Midwest d’ici samedi, a indiqué le NWS dans l’après-midi. En attendant, les services météorologiques de Boston (Massachusetts, nord-est) ont émis un bulletin d’alerte pour la métropole et le nord de l’Etat du Rhode Island jusqu’à jeudi soir. La neige et un vent pouvant souffler jusqu’à 80 km/h vont créer « des conditions de trafic très dangereuses », selon le NWS de Boston.