Le nitrate d’ammonium, cent ans de catastrophes industrielles – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

La terrifiante déflagration qui a dévasté mardi 4 août la capitale libanaise a vraisemblablement été causée par l’explosion d’un stock de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium. Au fil de l’histoire, ce sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais a causé de nombreuses catastrophes industrielles dans le monde.

En 2015, 173 personnes perdent la vie à Tianjin, dans le nord-est de la Chine, après l’explosion d’un entrepôt contenant plus de 2400 tonnes de produits chimiques, dont 800 tonnes de nitrate d’ammonium. Les incendies provoqués par la catastrophe ne furent maîtrisés qu’après plusieurs jours et huit explosions supplémentaires, coûtant la vie à 104 pompiers chinois.

Deux ans plus tôt, aux États-Unis, une explosion à l’usine d’engrais texane West Fertilizer a causé la mort de 15 personnes. Le stock de nitrate d’ammonium de l’usine avait explosé à cause d’un incendie d’origine criminelle, mais les enquêteurs ont également mis en cause l’absence de normes de stockage de ce dangereux composant chimique.

Les circonstances de ce drame rappellent celles de l’explosion de l’usine AZF dans la banlieue sud de Toulouse, le 21 septembre 2001. Empilées en vrac dans un hangar, quelque 300 tonnes de nitrate d’ammonium ont subitement explosé, causant la mort de 31 personnes, et en blessant près de 2500. La déflagration fut entendue à plus de 80 km à la ronde.

Pluie de métal en fusion sur Brest

Plus tragiques encore, les accidents industriels de la première moitié du XXe siècle ont parfois causé la mort de plusieurs centaines de personnes. En 1947, 581 personnes perdent la vie à Texas City, après qu’un incendie a provoqué l’explosion dans son port d’un navire français contenant plus de 2000 tonnes de nitrate d’ammonium. Mobilisés pour prévenir la catastrophe, les pompiers de la ville sont exterminés : un seul survit à l’explosion. L’ancre du navire, pesant près de deux tonnes, est retrouvée à 2,6 kilomètres du lieu de l’explosion.

La même année, de l’autre côté de l’océan Atlantique, le port de Brest est ravagé par l’explosion du cargo norvégien Ocean Liberty, qui transportait plus de 3000 tonnes de nitrate d’ammonium, de pétrole, de paraffine et de pièces mécaniques. Ressenti jusqu’à une vingtaine de kilomètres de là, le souffle de l’explosion fait pleuvoir sur la ville des morceaux de métal en fusion, causant la mort de 26 personnes et blessant lourdement des centaines d’autres. Plus de 4000 immeubles et maisons sont dévastés.

C’est cependant avant la Seconde guerre mondiale que se produit un des tout premiers accidents, et un des plus meurtriers. En 1921, à Oppau, en Allemagne, un silo d’une usine BASF contenant 4000 tonnes d’un mélange de nitrate et de sulfate d’ammonium explose dans des circonstances mal identifiées. 561 personnes sont tuées, et la majeure partie de la ville est détruite. Des témoignages rapportent que des bâtiments sont endommagés jusqu’à 80 kilomètres de l’explosion.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *