«Le mot “viol” était écrit noir sur blanc» – Libération

Spread the love
  • Yum

«J’ai été violée par l’homme que j’aimais il y a deux ans. Ce jour, ce lundi où Notre-Dame brûlait, il m’a pris mon être.» Alma Ménager a 18 ans quand son petit ami la viole un soir d’avril 2019, puis la quitte. Le 14 décembre 2020, rongée par la tristesse, l’incompréhension, les crises d’angoisse, la peur et la colère, son corps et son esprit lâchent. Elle est hospitalisée pour dépression dans une clinique psychiatrique, avec le souvenir d’être «à l’antichambre de la mort». Il lui faudra attendre janvier et une longue discussion avec une amie pour poser des mots pour la première fois sur l’origine de son mal-être. Une déflagration dans la vie de la jeune femme, qui décide de «briser le silence» quelques jours plus tard sur le groupe Facebook des étudiants de Sciences-Po Bordeaux, où elle était scolarisée.

A lire aussi

Brute. Glaçante. Rapportée sans enrobage, «car la honte doit changer de camp», l’histoire de son viol a un puissant effet cathartique. Très vite, d…

Leave a Reply

%d bloggers like this: