Le Mate30 se lance en France… Toujours sans l’écosystème Google

Spread the love
  • Yum

Le Mate30 se lance en France... Toujours sans l'écosystème Google

Le Mate 30, le nouveau flagship de Huawei s’est lancé en France ce lundi. Un lancement opéré en toute discrétion, bien que la firme de Shenzhen attende beaucoup de son nouveau smartphone premium, pour le moment  uniquement commercialisé sur le site officiel du constructeur chinois, au tarif de 1 099 euros. Il faut dire que, malgré des qualités indéniables, l’appareil – qui doit concurrencer de front le Note 10 Plus de Samsung ou l’iPhone 11 Pro Max d’Apple – a un défaut de taille : l’absence de l’écosystème Google.

Une absence de taille, imputable à la guerre commerciale que se livrent les autorités américaines et chinoises, dont l’ombre plane sur le succès futur du smartphone, tant la dépendance des utilisateurs aux services fournis par le géant américain se fait forte. Exit le Play Store ou les différentes fonctionnalités offertes par Google : elles sont toutes remplacées par des applications “maisons” qui nécessitent forcément un temps d’adaptation fortement dommageable pour quiconque est habitué au confort de l’écosystème Google.

“Le Huawei Mate 30 Pro utilise l’interface EMUI et les Huawei Mobile Services (HMS). Cela signifie que les services et applications Google ne sont pas intégrés au Huawei Mate 30 Pro et que certaines des applications tierces les plus populaires ne sont pas disponibles en téléchargement”, prévient d’ailleurs le fabricant sur son site officiel, qui revendique toutefois environ 45 000 applications disponibles pour l’heure sur son magasin d’applications.

publicité

Des performances pourtant au niveau

Reste que le nouveau flagship de la firme de Shenzhen a tout de même de quoi séduire, pour qui ne rechigne pas à se passer des services du géant américain. La série Mate 30 s’appuie en effet sur la dernière puce HiSilicon Kirin 990 de Huawei, dévoilée récemment à l’IFA de Berlin. Le 7nm Kirin 990 existe en deux versions, avec ou sans modem 5G intégré. Comme l’a annoncé l’état-major de Huawei lors de la présentation de l’appareil, le Kirin 990 5G peut atteindre des vitesses de téléchargement de pointe de 2,3 Gbit/s dans la bande inférieure à 6 GHz, et des vitesses de téléchargement de pointe de 1,25 Gbit/s.

Les configurations CPU des deux chipsets sont très similaires : deux cœurs A76 à bras haute fréquence fonctionnant à 2,86 GHz, deux cœurs A76 moyenne fréquence (2,36 GHz pour la variante 5G, 2,09 GHz pour la variante non 5G) et quatre cœurs A55 à faible consommation (1,95 GHz pour 5G, 1,86 GHz pour l’architecture non-5G).

Le GPU est un module Mali-G76 16 cœurs, tandis que le NPU (Neural Processing Unit) présente l’architecture Da Vinci de Huawei. Celle-ci utilise deux types de noyau : puissant (Big Core) et ultra-faible puissance (Tiny Core). Le Kirin 990 5G a deux gros noyaux et un petit noyau, tandis que la variante non-5G en a un de chaque type. Cette configuration Big/Tiny core permet à Huawei d’assigner des tâches AI/ML en fonction du niveau de performance requis. Un autre composant clé de Kirin 990, l’ISP (Image Signal Processor), offre 15 % de meilleures performances et bénéficie de la réduction de bruit BM3D, a fait savoir la direction constructeur chinois.

Un sans faute sur le côté matériel

Côté design, le Mate 30 n’a, ici aussi, pas de quoi rougir face à la concurrence. Le Mate 30 Pro de 6,53 pouces, par exemple, est doté d’un écran Horizon courbé à 88 degrés qui offre un affichage presque sans bordure avec un rapport écran/corps de 94,2%. Il n’y a pas de bouton de volume physique sur le Mate 30 Pro : au lieu de cela, une double pression de chaque côté fait apparaître un curseur de volume à l’écran de ce côté – une bonne nouvelle pour les utilisateurs gauchers. L’appareil ne comporte pas non plus d’entrées pour les écouteurs ou de lecteur d’empreintes digitales séparé, car à l’instar du P30, le Mate 30 Pro utilise la technologie à l’écran pour fournir une détection audio et d’empreintes digitales.

En ce qui concerne la prise de vue, le Mate 30 se révèle également irréprochable. A l’arrière de l’appareil se trouve le nouveau système Halo Ring qui regroupe les différents objectifs de la caméra, conçus pour faire écho à l’apparence d’un appareil reflex professionnel. Ceux-ci s’appuie sur un système de caméra quadruple comprenant un appareil photo grand angle SuperSensing 40MP avec un capteur RYYYB (pour de meilleures performances en basse lumière), un appareil photo ultra grand angle Cine 40MP avec un capteur RGGB grand format, un téléobjectif 8MP avec zoom optique 3x et une caméra 3D de profondeur.

L’encoche sur l’écran permet de doter l’appareil d’un système ingénieux de caméras frontales. Une sophistication soulignée par l’état-major de Huawei lors de la présentation de son appareil, ce dernier vantant les mérites du système doté d’une caméra autonome 32MP, d’un capteur de lumière ambiante et de proximité, ainsi que d’une caméra 3D de profondeur et d’un capteur gestuel. 

Enfin, côté batterie, le Mate 30 assure encore. Celui-ci dispose ainsi d’une batterie de 4200mAh et d’une fonction de charge rapide à 40W, d’une charge sans-fil à 27W et d’une option de charge inversée sans fil. Du tout bon pour la firme de Shenzhen.

L’ombre de Google persiste

Reste que l’appareil devrait souffrir de l’absence préjudiciable de l’écosystème de Google. Conséquence : alors que, dans des circonstances normales, le lancement des smartphones de la gamme Mate 30 de Huawei aurait du faire sensation, il a du être lancé en catimini par la firme de Shenzhen sur le marché français.

En proie à une offensive féroce de l’administration américaine, qui l’accuse d’être le “cheval de Troie” de Pékin dans les marchés occidentaux et lui impose un embargo de fait, ne pourra en effet pas déployer le savoir-faire qui est le sien comme il avait su le faire par le passé. Notamment sur le marché européen, dont les utilisateurs sont très friands des services offerts par l’écosystème de Google.

Plus précisément, la présence de Huawei sur la “liste noire” fixée par le ministère américain du Commerce, malgré le sursis qui lui a été accordé par Washington, signifie que les téléphones de la gamme Mate 30 seront bel et bien livrés sans applications et services Google tels que le Play Store, Maps, Gmail et YouTube préinstallés. De quoi lui prédire un avenir mitigé, alors que la commercialisation de l’appareil par les différents opérateurs français n’est pas encore à l’ordre du jour.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *