VIDÉOS – Le manifestant l’a annoncé sur Facebook, mercredi. Il avait été touché à l’œil le 26 janvier à Paris alors qu’il filmait une intervention des forces de l’ordre. Il est devenu depuis un symbole des «gilets jaunes» blessés lors des manifestations.

«Verdict: j’ai perdu mon œil.» C’est par ces quelques mots que Jérôme Rodrigues a annoncé sur son compte Facebook, mercredi, avoir définitivement perdu l’usage de son œil droit. Le «gilet jaune» avait été blessé par un projectile lors d’une manifestation à Paris, le 26 janvier, alors qu’il filmait et diffusait en direct sur Facebook une intervention des forces de l’ordre.

» LIRE AUSSI – Un meneur des «gilets jaunes» blessé à l’œil, l’IGPN saisie par l’Intérieur

Dans son court message, Jérôme Rodrigues ajoute à l’adresse du président Emmanuel Macron: «tu vas le payer» et «je te lâcherai pas». Quelques heures plus tard, plusieurs milliers de commentaires avaient été postés sous le message de celui qui est devenu le symbole des blessés lors de ces mobilisations. La plupart des internautes exprimaient leur soutien à Jérôme Rodrigues et reprenaient l’idée de «ne rien lâcher» et «continuer le combat».

Contacté par Franceinfo, Jérôme Rodrigues a expliqué qu’il sortait d’une consultation chez le médecin. «On m’a dit que je ne verrai plus, c’est fini. Il n’y a plus rien à faire», a-t-il indiqué. En dehors de la possibilité de retrouver la vue, le «gilet jaune» va désormais se tourner vers une équipe de spécialistes pour tenter de conserver son œil et éviter qu’il ne lui soit retiré. À l’image de ce qu’il a écrit sur Facebook, Jérôme Rodrigues ajoute également que le «combat continue et qu’on ne s’arrêtera pas. Macron payera pour tout ça».

L’origine de la blessure contestée

L’origine exacte de la blessure de Jérôme Rodrigues n’a toujours pas été officiellement identifiée. L’ancien commerçant de 39 ans a plusieurs fois affirmé avoir été atteint ce jour-là par un lanceur de balles de défense (LBD). Après la diffusion d’autres images de la scène, un policier a reconnu avoir tiré au LBD mais pas sur Jérôme Rodrigues: il affirme avoir visé et atteint un autre manifestant qui lançait des projectiles.

» LIRE AUSSI – «Gilets jaunes»: l’ex-boxeur Christophe Dettinger devant la justice

Le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez avait par ailleurs confirmé qu’une grenade de désencerclement avait été utilisée au même moment, s’appuyant sur le rapport d’un policier ayant lancé ce projectile. Ce type de grenade projette dans les airs des plots de caoutchouc qui pourraient également être à l’origine d’une telle blessure.


À VOIR AUSSI – «Gilets jaunes» Acte XII: Jérôme Rodrigues acclamé à Paris

«Gilets jaunes» Acte XII : Jérôme Rodrigues acclamé à Paris – Regarder sur Figaro Live