Le géant du jeu vidéo Capcom frappé par une attaque au ransomware

Spread the love
  • Yum

Le géant du jeu vidéo Capcom frappé par une attaque au ransomware

Capcom a révélé une cyber-attaque qui a eu un gros impact sur les opérations de la société au cours du week-end dernier. Le développeur de jeux vidéo basé à Osaka, au Japon, a en effet confirmé avoir essuyé une cyber-attaque dans un avis daté du 4 novembre. Celle-ci aurait eu lieu deux jours auparavant, et aurait conduit “certains des réseaux du groupe Capcom à rencontrer des problèmes qui ont affecté l’accès à certains systèmes”. Les serveurs de courrier électronique et de fichiers ont été touchés, ont confirmé la société.

Capcom a décrit l’attaque comme un “accès non autorisé” mené par un tiers. Au moment où l’incident de sécurité s’est produit, la société a arrêté certaines opérations sur ses réseaux internes, probablement pour empêcher la cyberattaque de se propager davantage et de compromettre potentiellement des ressources supplémentaires de l’entreprise. Capcom affirme qu’il n’y a “aucune indication” que des informations sur les clients ont été consultées ou compromises ; du moins, à ce stade.

“Cet incident n’a pas affecté les connexions pour jouer aux jeux en ligne de l’entreprise ni l’accès à ses différents sites web”, a déclaré l’entreprise. “Capcom a exprimé ses plus profonds regrets pour les inconvénients que cela pourrait causer à ses différentes parties prenantes”, a également indiqué la direction de l’éditeur japonais.

publicité

Une attaque à l’ampleur encore inconnue

Au moment de la rédaction ce cet article, Capcom indiquait être “dans l’incapacité de répondre aux demandes de renseignements et/ou de documents” faites par le biais du formulaire de contact des relations avec les investisseurs. Le développeur du jeu travaille actuellement à la restauration de ses systèmes et a signalé la cyber-attaque aux forces de l’ordre.

Capcom n’a pas révélé d’autres détails relatifs à l’attaque, mais la société n’est pas le seul développeur de jeux ciblé cette année. En octobre, Ubisoft et Crytek ont été les victimes du gang Egregor, qui a tenté d’extorquer une rançon aux entreprises sous la menace de la publication de données propriétaires volées lors des attaques.

Pour rappel, Egregor est un groupe de ransomware actif qui serait responsable des cyber-attaques contre les sociétés GEFCO et Barnes & Noble. Les chercheurs de Malwarebytes soupçonnent que les anciens affiliés du groupe de ransomware Maze – maintenant retiré de la scène – se tournent désormais vers Egregor comme alternative.  

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: