TEST – Compact, puissant et économique, le petit ordinateur d’Apple nous a totalement séduits.

Et si le clou des dernières annonces d’Apple était le nouveau Mac Mini? Cet ordinateur miniature était déjà un coup de génie à son premier lancement en 2005. Une simple boîte plus petite qu’un carton à chaussures, vendue 499 euros à l’époque, conçue pour se relier à n’importe quel périphérique, y compris ceux d’un PC. Il faut dire que ce produit avait été spécialement étudié pour attirer les «switchers», ces utilisateurs venus du monde Windows en quête d’un ordinateur de remplacement à bon prix.

Après plusieurs évolutions, le voici qui s’offre une nouvelle jeunesse avec une nouvelle version toujours aussi compacte (19,7 cm de côté pour 3,6 cm d’épaisseur) mais plus musclée et suffisamment bien équipée pour s’adapter aux besoins des professionnels. Son prix, 900 euros pour le premier modèle, en fait aussi un excellent choix pour ceux qui disposent déjà d’un écran et d’un clavier et qui cherchent un Mac plutôt bon marché.

La puissance d’un iMac

En fait, comme nous avons pu le constater lors de nos tests, le Mac Mini en version de base délivre une puissance comparable à celle de l’iMac de 21 pouces et supérieure à celle du MacBook Pro de 13 pouces. Et pourtant, sa configuration reste modeste: processeur Intel Core i3 à 3,6 GHz, mémoire vive de 8 Go et stockage SSD de 128 Go. D’autres tests ont montré que ses versions plus musclées (à plus de 2000 euros) peuvent rivaliser avec iMac Pro vendu plus de 5400 euros (mais avec écran et clavier)…

Le fait est qu’il est difficile de prendre en défaut ce modèle réduit. Les applications se lancent rapidement, les accès à la mémoire et au disque SSD (en fait une mémoire flash) s’effectuent à grande vitesse, bref, on se trouve en face d’un petit bolide. On pourrait juger que ses performances d’affichage sont un peu limitées (il se contente du contrôleur graphique Intel UHD Graphics 630) pour des applications avides de puissance de calcul. Mais elles sont largement suffisantes pour les usages les plus courants, même assez poussés (aucun problème pour le redimensionnement et l’application d’un flou gaussien sur une photo haute résolution dans Photoshop). Et surtout, la conception du Mac Mini lui permet de profiter de ressources externes: rien n’empêche de lui adjoindre une carte graphique externe reliée sur un de ses connecteurs Thunderbolt 3. D’ailleurs, un autre avantage du Mac Mini, c’est la possibilité de le faire fonctionner en réseau avec d’autres Mac Mini pour gagner en puissance. En reliant plusieurs boîtiers par la prise Ethernet à 10 Gbit/s, les professionnels accélèrent considérablement la durée des traitements les plus lourds: encodage et compression de vidéo, compilation d’applications, etc.

Des connecteurs standards

Apple

Pour éviter les problèmes de surchauffe, le Mac Mini est équipé d’un ventilateur particulièrement efficace et plutôt silencieux. Il s’accélère discrètement pendant les opérations les plus complexes tout en restant à un niveau inférieur à celui d’un MacBook Pro. On apprécie aussi que l’alimentation soit intégrée au boîtier, libérant le câble secteur d’un gros bloc comme c’est le cas sur certains mini PC. Bien conçu, le Mac Mini est le dernier des Mac à conserver les connecteurs les plus importants. Outre quatre ports Thunderbolt 3 (USB-C), il propose deux prises USB 3.0 standard, une sortie HDMI 2.0 et même une sortie audio minijack. On peut cependant regretter l’absence de lecteur de carte SD, qu’il faudra ajouter.

Et si Apple a choisi d’équiper son ordinateur miniature de composants modernes (dont la puce T2 qui gère les questions de sécurité), il faudra prendre soin de bien choisi la configuration idéale au moment de l’achat. Certaines options (disque dur, contrôleur Ethernet 10 Gbits, processeur) ne sont pas modifiables après coup. Qui plus est, la mémoire est extensible, mais difficile à remplacer en raison de la conception du boîtier: il sera préférable de confier l’opération à un spécialiste. Enfin, il faudra aussi disposer d’un écran adapté. Le Mac Mini peut transmettre l’affichage à un moniteur haute définition (jusqu’à 5K!) mais il est aussi compatible avec des modèles plus courants qui peuvent afficher 4096 x 2160 pixels à 60 Hz (à partir de 400 euros).

Bilan

Au final, ce Mac Mini nouvelle formule nous a emballé. Même si son prix est supérieur à celui des anciennes versions, il reste raisonnable compte tenu des performances et de l’aspect multifonction de l’appareil. On le conseillera sans hésiter à ceux qui cherchent un Mac de bureau sans devoir pour autant investir des milliers d’euros.