Le chef de file de la Ligue, Matteo Salvini, a désigné l’ancien président du conseil, Matteo Renzi, comme son principal adversaire politique.

Par Publié aujourd’hui à 04h21, mis à jour à 08h56

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Matteo Salvini (à gauche) et Matteo Renzi, le 24 mars 2018 à Rome.

Matteo Salvini (à gauche) et Matteo Renzi, le 24 mars 2018 à Rome. ANDREAS SOLARO/AFP

Matteo Salvini a perdu une bataille, mais il est loin d’avoir perdu la guerre. Mardi 13 août en fin d’après-midi, au cours d’une séance orageuse, le Sénat a repoussé la proposition du parti du ministre italien de l’intérieur (Ligue, extrême droite) de discuter dès mercredi la motion de défiance visant le président du conseil, Giuseppe Conte. Ce dernier se présentera finalement devant les parlementaires mardi 20 août, conformément aux souhaits du bloc formé par le Parti démocrate (PD, centre gauche) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Italie, des alliances de raison dans un climat de guerre de tranchées

Mais pour Matteo Salvini, l’essentiel est ailleurs : son combat politique à venir, pour prendre durablement les rênes du pays. Il a désormais sur son chemin, avec Matteo Renzi, l’ancien président du conseil (PD), un adversaire déclaré qui ne s’imaginait sans doute pas aussi vite dans ce rôle début août.

Le chef de la Ligue a désigné très tôt son challenger, pour mieux le combattre et resserrer les rangs autour de sa personne. Dans son discours au Sénat, lundi après-midi, le ministre de l’intérieur a d’ailleurs réservé l’essentiel de ses diatribes au sénateur florentin, évoquant « la planète Terre et la planète Renzi » pour dénoncer la cassure qu’il devine entre l’ancien président du conseil et les Italiens. « Je ne mets pas mes mains dans celle du sénateur Renzi mais dans celles du peuple italien », a martelé M. Salvini.

De son côté, Matteo Renzi, qui qualifie depuis quelques jours M. Salvini de « Capitaine Fracasse », n’a pas manqué de relever avec malice le camouflet subi par la Ligue dont la motion a été rejetée : « Quand on perd, on démissionne, a t-il tweeté. J’y suis passé, je sais que cela fait mal, mais c’est la chose juste. »

Dirigeant impopulaire

Quelques minutes avant le vote des sénateurs, l’ancien maire de Florence a tenu une conférence de presse très attendue dans un salon du Palais Madame, le siège du Sénat. L’occasion pour lui d’endosser ses habits d’ancien président du conseil, « au service du peuple italien » et par-delà les courants, de lancer un appel plein de gravité. « C’est la première fois dans l’histoire de la République italienne qu’apparaît l’hypothèse de voter pendant la période où se discute le budget », a t-il attaqué.