Le déploiement de la 5G à Paris peut (enfin) commencer

Spread the love
  • Yum

Le déploiement de la 5G à Paris peut (enfin) commencer

La 5G va finalement pouvoir se déployer dans la capitale. La Mairie de Paris a en effet annoncé ce vendredi la conclusion d’un accord très attendu portant sur une « nouvelle charte parisienne de la téléphonie mobile », signée par Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR. Le texte, qui doit encore être voté par le Conseil de Paris en mars, ouvre la voie au « lancement commercial de la 5G dans la capitale dans les prochaines semaines », fait savoir la municipalité dans un communiqué.

Alors que de nombreuses capitales mondiales disposent d’ores et déjà de réseaux mobiles de nouvelle génération, la Ville Lumière est à la traîne de ce point de vue. Et si la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo avait déclaré à la rentrée être opposée à tout moratoire – pourtant réclamé par ses alliés écologistes – elle avait toutefois indiqué en novembre le lancement d’une consultation citoyenne qui a logiquement retardé le déploiement de la nouvelle génération de technologies mobiles.

C’est à l’issue de cette concertation citoyenne, dont les recommandation ont été présentées lors du conseil de Paris de décembre, qu’une nouvelle charte de la téléphonie mobile a pu voir le jour. Celle-ci “maintient l’objectif de sobriété pour les antennes relais de téléphonie mobile à une valeur d’attention de 5 V/m”, fait valoir la municipalité.

publicité

De nouvelle obligations

Les opérateurs se sont en outre engagés sur de nouvelles obligations. Ils se sont ainsi engagés à optimiser le recyclage et la réutilisation des équipements de téléphonie, que ce soit des équipements d’infrastructure ou des terminaux. Des points de collecte seront ainsi mis à disposition dans toutes les boutiques parisiennes des opérateurs, mais également lors des grands événements publics. Les opérateurs accompagneront également les actions menées dans la capitale dans le domaine de l’économie circulaire tout en informant régulièrement la municipalité des résultats de ces politiques en faveur du recyclage.

La municipalité a également passé un accord avec les opérateurs pour que ces derniers fassent preuve de davantage de transparence concernant ” leur trajectoire vers la neutralité carbone et de leurs actions pour compenser les émissions résiduelles”, fait savoir la Mairie de Paris. Les opérateurs se sont également engagé à un respect strict de leurs obligations en matière de protection des données à caractère personnel.

Enfin, un Observatoire parisien de la téléphonie mobile va être mis en place par la Mairie de Paris. Celui-ci sera composé d’élus du Conseil de Paris, des opérateurs, d’associations de consommateurs et de locataires, d’associations de protection de l’environnement, de deux participants à la conférence citoyenne ainsi que d’agences nationales et régionales concernées et d’experts scientifiques.

Un déploiement très urbain

Cet observatoire aura également “pour mission de contrôler le respect de la charte et de suivre les actions menées en réponse aux recommandations de la conférence citoyenne, mais aussi de partager l’état des connaissances sur la téléphonie mobile et des enjeux liés aux prochaines évolutions technologiques”, fait savoir la municipalité.

Jusqu’à présent, la 5G n’est pas déployée dans Paris intra-muros, mais certaines communes environnantes, comme Boulogne-Billancourt, y ont déjà accès. La Ville demandait aux opérateurs de s’engager sur un certain nombre de points, issus notamment de la conférence citoyenne métropolitaine sur la 5G qui s’est déroulée à la fin de 2020. Pour rappel, Free, Orange, SFR et Bouygues ont déjà commencé à déployer leurs réseaux dans un certain nombre de zones du territoire, en majorité très denses.

Selon les derniers chiffres de l’ANFR, 19 938 sites 5G (en tenant compte des mutualisations entre opérateurs) étaient autorisés à être utilisés au 1er février dernier par les opérateurs pour leurs réseaux mobiles de nouvelle génération, tandis que près de 10 000 d’entre eux sont désormais opérationnels. A noter que toutes les nouvelles implantations enregistrées au mois de janvier se situent sur des sites mobile déjà utilisés par les opérateurs pour leurs réseaux 2G, 3G ou 4G.

Leave a Reply

%d bloggers like this: