Le convoyeur de fonds disparu lundi à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis a été interpellé mardi après-midi aux alentours de 17h à Amiens dans le quartier Saint-Acheul, par la police judiciaire de Lille.Adrien Derbez, âgé de 27 ans, tentait de s’enfuir par la fenêtre d’un appartement rue des Maieurs, lorsqu’il a été interpellé. Selon une source proche de l’enquête, c’est grâce à un informateur que le suspect a pu être localisé. 

Au nord d’Amiens, les enquêteurs ont également procédé à l’interpellation de la compagne du convoyeur de fonds âgée de 29 ans.

Tous les deux ont été placées en garde à vue mardi soir. Les locataires de l’appartement où se trouvait Adrien Derbez ont également été placés en garde à vue à Paris. 
 

  

Un butin de 3 millions d’euros

Lundi matin, aux alentours de 6 heures, cet employé de la société Loomis dépose deux de ses collègues près d’une agence Western Union, à Aubervilliers. À leur retour, le véhicule a disparu.

Le fourgon a finalement été retrouvé dans la matinée vide de l’argent qu’il transportait, pour un préjudice de trois millions d’euros. Après l’interpellation d’Adrien Derbez, la quasi-totalité de l’argent a été retrouvée.
  Image amateur du fourgon détourné à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 11 février 2019. / © FRANCE 2

Image amateur du fourgon détourné à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 11 février 2019. / © FRANCE 2
Image amateur du fourgon détourné à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 11 février 2019. / © FRANCE 2
La brigade de répression du banditisme (BRB), chargée de l’enquête, avait lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver cet homme, connu au fichier du traitement des antécédents judiciaires (TAJ) pour “refus d’obtempérer” et “dégradations”.Né à Marseille, Adrien Derbez a vécu à Amiens. Il faisait notamment partie du club de boxe Muaythai Amiens.

“C’était un garçon attachant, super gentil”, se rappelle son ancien entraîneur, Didier Jumel. “Il n’était plus au club depuis deux ans. Je pensais qu’il résidait encore à Amiens, je ne savais même pas qu’il travaillait à Paris”, a-t-il confié à un correspondant de l’AFP.