Le Chromebook à l’épreuve du PoC en entreprise

Spread the love
  • Yum

Le Chromebook à l’épreuve du PoC en entreprise

Chrome OS est aujourd’hui le deuxième système d’exploitation le plus utilisé au monde. Plus de 10 % des ordinateurs tournent aujourd’hui avec l’OS conçu par Google. Au premier trimestre 2021, les Chromebooks ont affiché une croissance de près de 275 % par rapport au premier trimestre 2020. Les différentes périodes de confinement ont logiquement contribué à cette montée en puissance. Utilisateur historique de la solution, le secteur éducatif s’est largement tourné vers le Chromebook au niveau mondial pour mettre en place l’enseignement à distance. Facile à déployer et à gérer, l’environnement a néanmoins également fait ses preuves dans des contextes de déploiement d’entreprise à grande échelle. Un géant de l’énergie en a fourni plus de 15 000 à ses employés, de même qu’une enseigne leader de l’équipement sportif en a déployé 5 000. «Déployer un ordinateur sous Windows peut prendre plusieurs heures, indique Frédéric Stojicevic, Google Solutions Manager chez Econocom. Avec un Chromebook, il suffit d’une combinaison de touches et de 3 à 5 minutes pour que l’appareil soit intégré à l’organisation.» Econocom propose même à ses clients de bénéficier d’une inscription sans contact, ou Zero-Touch Enrollment. « Avec la technologie ZTE, on oublie la combinaison de touches, l’appareil est automatiquement inscrit dans le domaine de l’entreprise dès lors que l’utilisateur allume sa machine et la connecte à Internet », poursuit Frédéric Stojicevic.

publicité

Un environnement intégrable au SI

Econocom souhaite aujourd’hui permettre à davantage d’organisations de profiter des avantages de l’environnement Google, avec une offre baptisée Chrome Discovery. L’idée est d’accompagner les entreprises qui aimeraient tester l’expérience Chromebook au travers d’un Proof of Concept (PoC) comprenant le cadrage et la planification du projet, l’intégration technique, le test et l’évaluation des bénéfices. « L’offre Chrome Discovery est la meilleure solution pour découvrir cette nouvelle manière de travailler et démontrer que l’environnement est parfaitement intégrable dans le système d’information d’une entreprise, quelle que soit sa taille », affirme Frédéric Stojicevic. Econocom met à disposition de l’organisation cliente une équipe d’experts qui va analyser les besoins et l’environnement technique existant, mais aussi et surtout guider les administrateurs dans les bonnes pratiques de gestion et les utilisateurs dans l’adoption des nouveaux usages. Le Chromebook va décorréler le profil utilisateur de la machine. Cela ouvre la porte à des scénarios de travail hybride, en permettant au professionnel d’accéder à ses données de n’importe où, mais implique également une étape d’acculturation. « Dans l’écosystème Chrome OS, même s’il est possible de stocker localement certains fichiers, le terminal reste un point d’accès au cloud, rappelle Frédéric Stojicevic. Cet usage connecté simplifie la collaboration et le travail à distance mais il est important de mettre en place des ateliers en amont pour préparer ce changement ».

Plus de 500 règles dans une seule console

Côté administration, c’est également une migration vers le SaaS qui attend l’équipe informatique. La console Google, accessible depuis un navigateur, permet de gérer les profils utilisateurs, les accès, la sécurité, les applications, etc. Plus de 500 règles peuvent être paramétrées afin de conformer précisément les usages à la politique de l’organisation. « Il est possible de personnaliser très finement l’expérience en configurant le réseau wi-fi à utiliser, en intégrant certaines ressources directement dans les favoris ou en pré-installant les bonnes applications. Tout est pensé pour livrer à l’utilisateur un poste de travail qui soit à la fois prêt à l’emploi et sécurisé ». Après quelques semaines d’utilisation, les clients Chrome Discovery peuvent choisir de poursuivre l’aventure au travers d’un pilote organisé et cadré par Econocom avec un accompagnement au changement. Une fois les idées reçues sur le Chromebook mises à mal par la réalité du terrain, il y a fort à parier qu’ils ne fassent pas machine arrière.

Leave a Reply

%d bloggers like this: