Le Ministère de la justice a communiqué le budget alloué au brouillage des téléphones dans les prisons françaises pour 2019 : il est de 19,9 millions d’euros, contre 14,7 millions d’euros en 2018. Des équipements doivent être remplacés et la surface de couverture étendue.


prison break

Dans une réponse du Ministère de la justice adressée à M. Michel Raison, sénateur de la Haute-Saône, repérée par NextInpact dans le Journal Officiel du 29 novembre 2018, nous apprenons que la France a prévu un budget de 19,9 millions d’euros pour la mise en œuvre du brouillage des téléphones portables en 2019. Une nette augmentation par rapport à cette année puisque cette dotation était de 14,7 millions en 2018.

Le brouillage des téléphones dans les prisons coûte cher

Celle-ci est justifiée par deux arguments : la volonté de couvrir plus de terrain avec ces brouilleurs mais aussi d’améliorer ceux déjà existants s’ils sont devenus caduques. « Les dispositifs de brouillage, actuellement installés dans 60 % du parc immobilier, ne sont pas évolutifs. Les plus anciens dispositifs ne brouillent que les portables utilisant les technologies de deuxième génération. Or les portables introduits en détention utilisent les technologies de troisième et quatrième génération », explique la Garde des Sceaux et ministre de la Justice Nicole Belloubet.

Elle avance également que les contraintes sont nombreuses. « Outre la rapidité d’obsolescence des matériels, la spécificité de l’architecture pénitentiaire contrarie l’efficacité du signal émis par les systèmes de brouillage : les murs en béton armé, les grilles, les barreaudages et de façon générale, les dispositifs de sécurité passive des établissements pénitentiaires perturbent la diffusion des ondes des systèmes de brouillage », fait savoir le Ministère de la justice.