L’article à lire pour comprendre la situation et les tensions en Birmanie – franceinfo

Spread the love
  • Yum

La scène est surréaliste. Khing Hnin Wai, professeure de fitness, filme son cours de sport. Derrière elle, l’avenue principale de Naypyidaw (Birmanie), qui mène au Parlement. Mais le 1er février, la route habituellement si vide de cette “capitale fantôme” s’emplit de chars. Elle filme sans le savoir ce qui deviendra une image virale, témoin inattendue d’un coup d’Etat.

Derrière cette image, c’est un bouleversement qui frappe ce pays d’Asie du Sud-Est, où la démocratie est encore fragile. Mais comment un tel renversement a-t-il pu avoir lieu ? Franceinfo revient en détail sur la situation dans le pays.

Que s’est-il passé le 1er février ?

L’armée birmane, portée par le général Min Aung Hlaing, a arrêté le président de la République, Win Myint, et sa conseillère d’Etat spéciale, Aung San Suu Kyi, à Naypyidaw. En plus de ces dirigeants, entre 300 et 400 personnes − élus, militants ou personnalités politiques défavorables au régime militaire − ont été arrêtées. La majorité des députés du pays étaient présents dans la capitale birmane car la session inaugurale d’entrée en fonction du nouveau Parlement devait se tenir début février.

Les chars ont investi les routes autour du Parlement et les forces militaires se sont déployées dans le pays. La télévision publique a interrompu ses programmes, les communications ont été perturbées la majeure partie de la journée. A Rangoun, la capitale économique du pays, les militaires se sont emparés de l’hôtel de ville et ont fermé l’accès à l’aéroport international.

Un soldat monte la garde aux côtés d'un char de l'armée birmane sur la route qui mène au Parlement, à Naypyidaw, le 1er février 2021. (STR / AFP)

Le premier vice-président, Myint Swe, a été désigné président par intérim et a transféré les pleins pouvoirs au général à la tête des forces armées, Min Aung Hlaing. Commandant en chef des forces armées, il concentre désormais les pouvoirs “législatif, administratif et judiciaire”. Il a proclamé l’état d’urgence pour un an.

Qu’est-ce qui a provoqué ce coup d’Etat ?

L’armée birmane n’accepte pas le résultat des législatives du 8 novembre 2020, remportées par la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), d’Aung San Suu Kyi. Son parti a obtenu la majorité absolue dans les deux chambres du Parlement. Mais selon l’armée, le scrutin serait entaché “d’énormes irrégularités”. Le général Min Aung Hlaing recense “8,6 millions de cas de fraude”. Des allégations rejetées par la commission électorale. “Qu’il y ait eu des fraudes, c’est possible… Mais pas au point de changer le résultat, c’est évident”, souligne Bénédicte Brac de la Perrière, chercheuse au CNRS, anthropologue au Centre Asie du Sud-Est (Case).

Dès la fin janvier, quelques jours avant l’entrée en fonction du nouveau Parlement, le ton monte entre la NLD et les militaires. “On sait que pour l’armée, être en situation de partage du pouvoir est insupportable”, analyse Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse associée au Centre Asie de l’Institut français des relations internationales (Ifri) et spécialiste de la Birmanie. La large victoire du NLD aux élections indique pourtant un plébiscite du peuple birman pour davantage de démocratie et de pouvoir civil. Des aspirations incompatibles avec le maintien au pouvoir de l’armée. “La prochaine étape politique, c’était sûrement de nouveaux amendements qui allaient réduire la mainmise de l’armée sur certains secteurs économiques”, précise Sophie Boisseau du Rocher. Et il était inenvisageable pour la junte de renoncer à ces ressources, qui servent à financer le fonctionnement de l’armée et les retraites des militaires.

Pourquoi l’armée a-t-elle autant de pouvoir ?

L’armée est le pilier central du régime politique birman depuis 1962. A l’époque, le recours à l’armée se justifie par de fortes tensions interethniques : il faut rétablir une stabilité dans le pays. La dictature militaire y reste en place pendant près d’un demi-siècle. Cependant, à la suite de l’entrée du pays dans l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) en 1997, le régime s’assouplit. “L’armée a compris qu’elle était en retard sur les pays voisins et qu’elle ne pouvait pas continuer à accumuler ce retard. Cela a donc marqué le début d’une transition économique et politique”, affirme Sophie Boisseau du Rocher.

Le général Min Aung Hlaing, chef des forces armées birmanes, pendant une cérémonie d'hommage lors de la Journée des Martyrs, à Rangoun (Birmanie), le 19 juillet 2018. (YE AUNG THU / AFP)

Après un mouvement populaire d’ampleur inédite, en 2007, surnommé “révolution de safran” et réprimé dans le sang, une nouvelle Constitution voit le jour en 2008. Grâce à elle, une transition démocratique vers un pouvoir civil est engagée depuis 2011. Mais elle laisse encore de larges pouvoirs à l’armée : au Parlement birman, un quart des sièges lui est réservé, quand les trois autres quarts sont élus par le peuple. Au gouvernement, les ministres de l’Intérieur, de la Défense et des Frontières sont nommés par le commandant en chef des forces armées.

L’armée bénéficie d’un autre soutien de taille : le Parti de l’union, de la solidarité et du développement (USDP). Ce parti est composé d’anciens militaires, retraités ou qui ont quitté l’armée. Le poste de premier vice-président revient toujours à un membre de ce parti. Il occupe l’intérim en cas de vacance du pouvoir. C’est pour cela qu’après l’arrestation du président, le 1er février, le vice-président par intérim a transféré les pleins pouvoirs au général Min Aung Hlaing.

Pourquoi Aung San Suu Kyi est-elle au cœur de cette crise ?

Renversée du pouvoir le 1er février, cet ancien prix Nobel de la paix – en 1991 – âgée de 75 ans est l’égérie de la transition démocratique en Birmanie depuis 2016. Elle est depuis cette date “conseillère spéciale de l’Etat” auprès du président, un équivalent de cheffe du gouvernement. Une fonction créée de toutes pièces, qui lui permet de contourner les règles édictées par l’armée qui l’empêchent d’accéder au pouvoir. “Cette création de poste a marqué le début d’un bras de fer avec l’armée”, indique Sophie Boisseau du Rocher.

La Constitution birmane de 2008 a été façonnée pour l’empêcher de diriger le pays. Elle prévoit l’impossibilité pour tout citoyen birman de devenir président s’il a un conjoint ou des enfants étrangers, ce qui est son cas. Aung San Suu Kyi est rentrée en Birmanie en 1988, pour s’occuper de sa mère, gravement malade. Opposée au régime militaire, elle a par la suite été assignée à résidence pendant plus de quinze ans.

Aung San Suu Kyi durant un discours prononcé à l'occasion de la signature du cessez-le-feu entre le gouvernement et deux groupes ethniques armés, à Naypyidaw (Birmanie), le 13 février 2018. (THET AUNG / AFP)

Depuis son arrestation le 1er février, elle est assignée à résidence dans son logement de fonction à Naypyidaw. Elle est accusée par la junte militaire d’avoir acheté des talkies-walkies à l’étranger, ou encore “d’avoir violé la loi sur la gestion des catastrophes naturelles”, selon les propos rapportés par son avocat. “Le peuple sait très bien que ces accusations sont faites pour l’éloigner du pouvoir mais ne reposent sur rien de sérieux”, commente Sophie Boisseau du Rocher. Elle a lancé un appel à la désobéissance civile et exhorté ses partisans à “ne pas accepter” le coup d’Etat. Un appel largement suivi par les Birmans, notamment dans les hôpitaux, où les employés refusent tout travail, sauf urgence médicale. “Elle dispose d’une popularité incontestable”, ajoute la chercheuse de l’Ifri.

“Les Birmans savent parfaitement que sans Aung San Suu Kyi, il n’y aura pas d’ouverture, ni de transition possible.”

Sophie Boisseau du Rocher, spécialiste de la Birmanie

à franceinfo

Qui sont les manifestants opposés au coup d’Etat ?

Les jeunes sont au cœur de ce mouvement populaire. Ils se réunissent dans tout le pays, trois doigts de la main en l’air, un symbole de ralliement inspiré du film Hunger Games. “Cette génération n’a pas connu les heures les plus dures du régime militaire, jusqu’en 1997. Mais ce qu’on leur en a dit ne leur fait pas envie”, euphémise Sophie Boisseau du Rocher. Mieux formés et plus connectés, ces jeunes Birmans ne comptent pas laisser leur pays revenir en arrière. “Ils voyagent dans la région, ils voient les différences, ils sont beaucoup plus ouverts. Ils ne vont pas acheter le discours militaire”, complète la chercheuse.

“Certains jeunes Birmans sont prêts à mourir pour se battre contre le régime militaire.”

Sophie Boisseau du Rocher, spécialiste de la Birmanie

à franceinfo

Un mouvement qui a fait tache d’huile dans d’autres catégories de la population, comme l’explique le journaliste indépendant Guillaume Pajot à franceinfo : “Il y a des fonctionnaires qui ne vont pas travailler, des étudiants qui se rassemblent devant leur université, et des médecins également.” Face à une génération qui maîtrise les réseaux sociaux, capable de communiquer et de s’informer, les militaires sont “en retard, ils n’arrivent pas à s’immiscer dans cette sphère”, explique Sophie Boisseau du Rocher. Seule solution pour garder le contrôle : couper les communications et l’accès à internet. Depuis le 1er février, les coupures se sont multipliées, principalement la nuit pour permettre les arrestations de manifestants.

Des manifestants protestent contre le coup d'Etat à Rangoun (Birmanie), le 15 février 2021. (ANADOLU AGENCY)

Comment les manifestations sont-elles réprimées ?

L’armée est aux avant-postes de la répression. Selon les observateurs présents dans le pays, elle a fait usage de lances à eau et de balles en caoutchouc contre les manifestants. “On sait maintenant qu’il y avait quelques balles réelles. Et elles ont permis d’instaurer une peur”, assure Bénédicte Brac de la Perrière. Une manifestante de 20 ans est morte vendredi 19 février après avoir reçu un tir à la tête. Le lendemain, la police a tiré sur les manifestants à Mandalay, dans le centre du pays, faisant au moins deux morts et une trentaine de blessés. Pour éviter la confrontation directe avec les forces de l’ordre, les Birmans “inventent parfois des formes de contestation”, relève l’anthropologue, comme le blocage des routes par des dizaines de camions et voitures qu’ils disent “en panne”, à Rangoun, le 17 février.

Mais la répression inquiète les organisations de défense des droits de l’homme. “Cette armée a longtemps agi avec impunité dans le pays, et c’est la raison pour laquelle la situation est alarmante”, s’inquiète auprès de franceinfo Kayleigh Long, chercheuse d’Amnesty International basée à Londres et chargée du suivi de la Birmanie. “Ce que nous voyons depuis le coup d’Etat, ce sont des emprisonnements massifs de politiciens, de défenseurs des droits humains, de militants. Des journalistes se cachent”, décrit-elle.

Les forces de l'ordre font face aux manifestants qui protestent contre le coup d'Etat, à Naypyidaw (Birmanie), le 15 février 2021. (STR / AFP)

Comment la communauté internationale réagit-elle ?

Le coup d’Etat est unanimement dénoncé par la communauté internationale. Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a annoncé que son administration allait réduire l’accès aux fonds américains, soit près d’un milliard de dollars en moins pour le pays. A l’ONU, son secrétaire général Antonio Guterres a “condamné fermement” l’arrestation d’Aung San Suu Kyi, ajoutant que “ces développements port[aie]nt un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie”. Tom Andrews, rapporteur spécial des Nations unies pour la Birmanie, s’est montré aussi très inquiet : “Je suis terrifié à l’idée que […] les militaires pourraient être sur le point de commettre des crimes encore plus graves contre le peuple de Birmanie.”

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, s’est exprimé dès le 1er février : “Cette arrestation [constitue] une inacceptable remise en cause du processus démocratique engagé depuis une dizaine d’années.” Face au maintien en résidence surveillée d’Aung San Suu Kyi, la France a renouvelé le 9 février “son appel à la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées depuis le coup d’Etat militaire”. De son côté, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a condamné la violence exercée par les forces de l’ordre en Birmanie et indiqué que l’Union européenne allait “prendre les décisions appropriées”.

Quelles sont les perspectives pour le pays ?

Lors d’une conférence de presse le 8 février, Min Aung Hlaing a annoncé la tenue de futures élections. “Du point de vue de l’armée, il s’agit simplement de faire respecter la Constitution. Selon eux, il y a eu des fraudes, donc ils prennent le pouvoir pour rétablir le droit. Mais l’ampleur du mouvement contestataire ne trompe pas sur le désir démocratique du peuple birman”, reconnaît Bénédicte Brac de la Perrière. Se pose également la question d’élections libres, si la majorité des membres du NLD sont empêchés de se présenter ou assignés à résidence.

Pour Sophie Boisseau du Rocher, composer avec l’armée sera indispensable : “Il va falloir considérer pour les années à venir que l’armée est un acteur politique de premier plan et repartir dans un dialogue constructif. La junte militaire est là pour plusieurs années. La bonne question à se poser est ‘Comment éviter que l’armée se repositionne en monopole ?'”

J’ai la flemme de tout lire, vous me faites un résumé ?

La junte militaire a repris le pouvoir en Birmanie le 1er février. La cheffe du gouvernement Aung San Suu Kyi a été arrêtée, tout comme le président de la République, Win Myint. Renversé, le gouvernement a été remplacé par l’armée, avec à sa tête le puissant général Min Aung Hlaing. La junte n’a pas accepté la très large victoire du parti d’Aung San Suu Kyi aux élections de novembre 2020, qui annonçait de nouvelles restrictions pour le pouvoir militaire. Les forces militaires disposent de plusieurs postes à responsabilité dans le gouvernement et au Parlement, ce qui a facilité l’organisation d’un coup d’Etat. Depuis 2011, le pays était dans une phrase de transition d’un pouvoir militaire à un pouvoir civil.

Face à ce renversement, des dizaines de milliers de Birmans manifestent sans discontinuer pour demander la libération des membres du gouvernement. Ces manifestations sont durement réprimées par l’armée. Pour empêcher la contestation de s’organiser, la junte coupe régulièrement l’accès à internet et aux réseaux sociaux. La communauté internationale a unanimement condamné cette prise du pouvoir par l’armée, mais selon les spécialistes de la Birmanie, c’est un acteur politique avec lequel il faut accepter de négocier, au risque de voir le pays se refermer sur lui-même.

Leave a Reply

%d bloggers like this: