L’ancien premier ministre Edouard Philippe, en embuscade – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Edouard Philippe, maire du Havre (Seine-Maritime), à une réunion de travail sur l'Axe Seine le 11 février.

Fond bleu et barbe marbrée. Depuis qu’il a repris sa mairie du Havre (Seine-Maritime), en juillet 2020, Edouard Philippe enregistre parfois une vidéo à l’attention de ses administrés pour faire le point sur la situation sanitaire de la ville. L’ancien premier ministre y reproduit en miniature les désormais célèbres conférences de presse qu’il donnait pendant la première vague de l’épidémie de Covid-19.

En ce 19 mars, l’ancien locataire de Matignon veut pousser un coup de gueule. Son successeur, Jean Castex, vient d’annoncer le retour du confinement dans seize départements, dont la Seine-Maritime.

Lire notre analyse : Avec un troisième confinement pour une large partie de la France, le gouvernement défend sa « troisième voie »

« Une mauvaise surprise », lâche Edouard Philippe. Le coup est rude pour les commerçants, obligés de tirer le rideau, mais aussi pour leur maire, qui aurait aimé être prévenu en personne par Jean Castex. Les deux hommes ne se sont pas parlé depuis janvier, en marge d’un déplacement du chef du gouvernement au Havre. D’où la pique du maire, et tant pis « s’il y a de la gêne » au sommet de l’Etat, sourit un proche du juppéiste, qui ajoute : « Qu’ils boivent une bière et se décontractent. Edouard Philippe n’est plus à Matignon, il dit ce qu’il veut. »

L’ancien premier ministre, 50 ans, compte éprouver ces prochains jours l’étendue de cette liberté retrouvée. Neuf mois après son départ de Matignon, l’« ex » va enfin s’autoriser à commenter la politique nationale à l’occasion de la publication d’un livre, le 7 avril, Impressions et lignes claires (JCLattès, 378 p., 21,90 euros), coécrit avec son ami et ancien conseiller, le député européen Gilles Boyer.

Un plan médias d’envergure

Dans cet essai sur l’art de gouverner, Edouard Philippe raconte ses trois années à Matignon, scandées par les crises. Il en tire « quelques enseignements sur la prise de décision et le fonctionnement de la VRépublique », souffle Gilles Boyer, énigmatique. Ils sont peu nombreux à avoir tenu le livre entre leurs mains. Emmanuel Macron n’est pas de ceux-là ; son ancien bras droit ne le lui a pas envoyé.

Pour accompagner la sortie en librairie, Edouard Philippe a prévu un plan médias d’envergure : un long entretien dans l’hebdomadaire Le Point, jeudi, puis le « 20 heures » de Laurent Delahousse sur France 2, le 4 avril, au milieu d’autres réjouissances, avant un éventuel nouveau livre dans les mois à venir.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les trois ans mouvementés du premier ministre Edouard Philippe

Le juppéiste avait prévu aussi de se lancer dans un vaste tour de France, qui commençait au Havre, bien sûr. Mais le confinement partiel du pays – en attendant plus – a chamboulé ses plans ; la plupart des séances de dédicaces seront sans doute reportées, et avec elles les rendez-vous politiques qu’elles permettaient…

Il vous reste 80.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: