La guerre continue entre Airbnb et la ville de Paris. La mairie est remontée contre la plateforme depuis plusieurs années, alors qu’elle accuse Airbnb de permettre à des propriétaires de louer leurs logements vides toute l’année. Pour empêcher Airbnb de faire gonfler le prix (déjà exorbitant) de l’immobilier à Paris, une loi impose aux plateformes de ce type de ne pas dépasser les 120 jours de location par an en passant par ce procédé. Malgré tout, des petits malandrins n’hésitent pas à louer leur logement toute l’année via Airbnb, et la plateforme ne fait rien pour surveiller les pratiques de ses utilisateurs.

La maire de Paris s’attaque à Airbnb

« Nous ne pouvons pas accepter qu’Airbnb et consorts ne respectent pas la loi (…) nos agents de contrôle ont recensé une première salve de 1000 annonces illégales, passibles chacune de 12.500 euros d’amende. L’addition totale pourrait alors s’élever à 12,5 millions d’euros maximums. Le but est de provoquer un électrochoc pour en finir avec ces locations sauvages qui dénaturent certains quartiers parisiens » déclare ainsi la maire de Paris Anne Hidalgo.

Malgré tout, la maire de Paris affirme que son but n’est pas de viser « les Parisiens qui louent leur logement quelques jours par an pour mettre du beurre dans les épinards », mais plutôt de viser les « multipropriétaires qui louent toute l’année des appartements aux touristes sans les déclarer ». Pour cela, Paris vise avant tout Airbnb, afin que la plateforme régule les pratiques de ses utilisateurs.

Sachant que Paris représente l’un des plus gros marchés mondiaux pour Airbnb, l’entreprise américaine ne compte pas rien faire sans réagir. Un porte-parole de la firme avait déjà expliqué que la plateforme avait intégré un certain nombre de mesures afin d’aider les utilisateurs parisiens à se conformer aux règles. Pourtant, avec 1000 annonces illégales dénichées à ce jour, il semblerait que la plateforme ait encore des efforts à faire avant de retourner dans les bonnes grâces de la capitale française.