La vaccination contre le Covid-19 ouverte à tous les plus de 70 ans à partir de samedi, annonce Emmanuel Macron – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Au centre de vaccination de Marcq-en-Barœul, le 21 mars 2021.

Alors que l’épidémie s’emballe en Ile-de-France, où le taux d’incidence frôle désormais 550 cas pour 100 000 habitants, contre 307 en moyenne dans tout le pays, la France accélère sa campagne de vaccination en mettant en place des vaccinodromes. Les rendez-vous seront autorisés pour toutes les personnes de plus de 70 ans à partir du samedi 27 mars, a annoncé Emmanuel Macron, mardi 23 mars lors d’un déplacement dans un centre de vaccination à Valenciennes (Nord). « Je veux qu’on organise les choses de manière méthodique, descendre par tranches d’âge », a expliqué le président de la République à des soignants, annonçant aussi la mise en place d’un numéro de téléphone destiné aux personnes de plus de 75 ans n’ayant pas réussi à se faire encore vacciner.

  • Les nouveaux vaccinodromes seront opérationnels « dans les prochains jours »

Les 35 grands centres qui doivent permettre de vacciner massivement les Français contre le Covid-19 « seront opérationnels dans les prochains jours », a dit mardi la ministre déléguée chargée de l’industrie Agnès Pannier-Runacher sur BFM-TV. « On est en train de travailler avec les élus locaux pour les mettre en place », a-t-elle précisé.

La France a « terminé la phase de vaccination dans les Ehpad », qui était « un peu complexe », a expliqué la ministre. A présent, « nous avons une accélération de la livraison du nombre de doses et donc nous pouvons passer à une deuxième phase de vaccination plus massive ».

Le gouvernement a assuré lundi 22 mars vouloir ouvrir de grands centres « pour vacciner massivement les Français » à partir d’avril. Il avait initialement écarté l’idée d’utiliser de grands centres, associés à l’échec de la campagne d’immunisation contre la grippe H1N1.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : le gouvernement se convertit aux vaccinodromes pour atteindre 10 millions de premières injections à la mi-avril

Pour l’heure, et après l’interruption de l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pendant quelques jours la semaine dernière, la France compte plus de 6,35 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, dont près de 2,5 millions vaccinées avec deux doses. Le gouvernement table toujours sur 10 millions de premières doses injectées à la mi-avril.

« Ce sera clairement BioNTech/Pfizer qui va fournir le plus grand nombre de doses dans les semaines qui viennent », a-t-elle dit, soulignant ainsi les problèmes d’approvisionnement du produit d’AstraZeneca.

  • Des membres du conseil scientifique appellent à de nouvelles mesures restrictives

Les nouvelles mesures de restrictions prises dans 16 départements pour lutter contre l’épidémie de coronavirus pourront être renforcées s’il est constaté qu’elles ne sont pas efficaces, a prévenu mardi sur BFM-TV, Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du conseil scientifique.

« Des mesures fortes ont été prises, elles reposent beaucoup sur l’adhésion des personnes, a-t-il commenté. Si les personnes suivent les recommandations, ça peut marcher. Si elles ne les suivent pas, malheureusement ça ne sera pas suffisant. » Et d’ajouter que « dans les endroits où la situation devient critique, c’est sur les collèges et les lycées qu’il faudra agir ».

Au-delà des « trois régions dans un état critique » – la région PACA, l’Ile-de-France et les Hauts-de-France –, Arnaud Fontanet estime que « ces mesures seraient très pertinentes dans des régions qui sont aujourd’hui encore dans un état à peu près maîtrisé mais qui d’ici trois à quatre semaines (…) vont se retrouver dans une situation critique. » Faut-il donc les étendre à d’autres départements ? « Le conseil scientifique, dans son avis, recommande effectivement en anticipation de tester surtout ces mesures pour voir si elles sont efficaces, a-t-il plaidé. C’est le moment de les tester pour voir si elles marchent. »

  • Cinq sites contribuant à la production de vaccins en France d’ici à l’été

La France disposera, d’ici au début de l’été, de cinq sites participant à la production de vaccins contre le coronavirus, a annoncé mardi le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune.

« Vous aurez, à partir de la fin du mois de mars, donc dans les jours à venir, un premier site qui sera mobilisé » pour les opérations de mise en flacon pour le vaccin Moderna, a-t-il déclaré sur Franceinfo. « Et puis vous aurez progressivement entre mars, avril, mai et jusqu’au début de l’été jusqu’à cinq sites de production français qui seront mobilisés pour différents vaccins », a-t-il poursuivi.

« Combien de doses [seront produites], on ne sait pas encore exactement », a fait savoir Clément Beaune, qui a précisé que ces doses seront à destination de la France comme des autres pays européens. « Ça marche dans les deux sens. Aujourd’hui, les vaccins qui arrivent pour les Français sont majoritairement produits en Belgique, aux Pays-Bas par exemple et ils bénéficient à la France et aux autres pays européens. On a intérêt à mutualiser nos 50 un peu plus de 50 usines de production européennes », a-t-il dit.

Lire aussi : Dans les coulisses des contrats entre l’UE et les groupes pharmaceutiques sur les vaccins contre le Covid-19

Notre sélection d’articles sur les vaccins contre le Covid-19

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Reply

%d bloggers like this: