Lunaire. La figure des “gilets jaunes” a publié un sondage sur sa page Facebook pour demander à ses abonnés de choisir à sa place s’il devait y répondre favorablement, et dans quelles conditions.
Que peut bien vouloir Joachim Son-Forget à Éric Drouet ? L’ex-député LREM, qui avait quitté le parti présidentiel après une série de tweets déroutants, a pris contact avec l’une des figures des « gilets jaunes », Éric Drouet, comme l’a fait savoir ce dernier sur sa page Facebook, suivie par plusieurs dizaines de milliers de personnes, rapporte Le Huffington Post ce samedi 2 février.

« Il y a un truc à tenter »

« Bon les amis, je fais tout dans la transparence, vous le savez ! J’ai reçu ça ce soir », a écrit Éric Drouet dans la nuit du vendredi au samedi 2 février, avant de copier le message qu’il venait de recevoir de la part de l’ex-macroniste, qui a annoncé vouloir fonder son propre parti. « Bonjour Éric, c’est le député Son-Forget, qui a quitté En Marche en fracas en fin d’année. Je voulais te proposer qu’on se voie la semaine prochaine avec Doc Gynéco, qui essaie de m’aider depuis quelques jours, pour déjeuner », peut-on lire, prétendument de la part de l’ancien parlementaire, qui dit donc compter sur le rappeur Doc Gynéco. « Jusqu’à la fin d’année, j’avais la ligne directe et on se parlait souvent; depuis que j’ai quitté LREM c’est chaud, mais il y a un truc à tenter », poursuit-il.

Ce trio improbable va-t-il se rencontrer ? Pour le savoir, Éric Drouet a demandé à ses abonnés Facebook de voter à l’aide d’un sondage proposant différentes alternatives : y aller accompagné de François Boulo, avocat et figure montante des « gilets jaunes », filmer la rencontre en live, etc. Cette première option est d’ailleurs celle qui se hisse en tête des demandes. Si certains pouvaient douter de l’authenticité du message recopié par Éric Drouet, la rédaction du Huffington Post et le journaliste de Libération Vincent Glad ont eu confirmation de la part de l’ancien député. À en croire les résultats provisoires, il n’est pas impossible que le « gilet jaune » accepte cette invitation à déjeuner. D’autres soutiens au mouvement, en revanche, ont fait part de leurs doutes quant au caractère potentiellement opportuniste de Joachim Son-Forget, « en roue libre » depuis sa démission de La République en marche.