La Russie obtient un cessez-le-feu au Haut-Karabakh – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Photo du ministère russe des affaires étrangères avec son représentant (centre) et ses pairs arménien (droite) et azerbaïdjanais, le 9 octobre.

A l’arraché, après quelque dix heures de négociations, Moscou a obtenu une promesse de cessez-le-feu au Haut-Karabakh. L’arrêt des combats dans cette enclave entre les forces azerbaïdjanaises et les séparatistes soutenus par l’Arménie devait entrer en vigueur ce samedi 10 octobre à la mi-journée.

Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, l’a annoncé tard dans la nuit de vendredi à samedi, lisant un communiqué à l’issue des pourparlers. Mais sans donner plus de précisions sur la teneur de ses échanges avec Zohrab Mnatsakanian et Ceyhun Bayramov, les ministres arménien et azerbaïdjanais des affaires étrangères. Aucun détail n’a été révélé sur l’organisation de ces discussions, notamment sur leur format et sur les éventuelles négociations directes entre MM. Mnatsakanian et Bayramov qui ne se sont pas exprimés devant la presse après la réunion.

Lire aussi Haut-Karabakh : Azerbaïdjan et Arménie s’accordent sur un cessez-le-feu samedi

Les deux ministres avaient été « invités » par le Kremlin à venir négocier à Moscou. Une invitation aux allures de convocation, après treize jours de meurtriers combats au Haut-Karabakh entre deux ex-républiques soviétiques avec qui la Russie entretient de bonnes relations. La rencontre de Moscou est le premier contact diplomatique entre Bakou et Erevan depuis que les combats ont éclaté le 27 septembre. « Les diplomates russes, qui n’avaient pas vu cette crise venir, ont été très actifs en coulisses pour obtenir l’arrêt des combats. Le Kremlin ne veut pas perdre son rôle d’arbitre dans cette région », confie un haut diplomate européen à Moscou. Les échanges téléphoniques se sont multipliés cette semaine, notamment entre Sergueï Lavrov et son homologue français Jean-Yves Le Drian.

« Dans des buts humanitaires », le cessez-le-feu doit permettre « d’échanger des prisonniers de guerre, d’autres personnes et les corps des tués avec la médiation et en accord avec les critères du Comité de la Croix-Rouge », a précisé Sergueï Lavrov. Le Comité international de la Croix-Rouge servira d’intermédiaire pour ces opérations humanitaires. Le ministre n’a pas précisé combien de temps devait durer cette interruption des combats ni comment elle sera surveillée sur le terrain. Les « paramètres spécifiques » de la mise en œuvre du cessez-le-feu seront convenus ultérieurement, a seulement ajouté Sergueï Lavrov.

Signaux contradictoires

Le ministre a aussi annoncé que l’Azerbaïdjan et l’Arménie se sont engagés « à des négociations substantielles pour parvenir rapidement à un règlement pacifique » du conflit. Sans plus de détails. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et le Groupe de Minsk doivent servir de médiateurs. Coprésidé par la Russie, les Etats-Unis et la France, ce groupe est le principal médiateur international dans ce conflit depuis le cessez-le-feu de 1994 mettant alors fin à plus de cinq ans de guerre meurtrière au Haut-Karabakh (30 000 morts). Il n’a cependant jamais réussi à trouver de solutions pérennes pour cette région montagneuse de jure azerbaïdjanaise mais habitée majoritairement par des Arméniens, contrôlée économiquement et militairement par Erevan.

Il vous reste 29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *