La Quadrature n’est pas fan de la 5G

Spread the love
  • Yum

La Quadrature n'est pas fan de la 5G

La Quadrature s’attaque au sujet épineux de la 5G. Mais l’association de défense des libertés numériques ne va pas se faire que des amis. L’organisation a publié ce week-end une tribune détaillant sa position sur le sujet, suite à la participation d’un de ses membres à une “journée de mobilisation autour de la 5G et son monde“, à Lyon. Cette journée, à l’initiative du collectif Stop Linky/5G, regroupait plusieurs organisations régionales luttant contre l’installation des compteurs Linky, la prolifération d’ondes électromagnétiques artificielles ou militant plus généralement sur des thèmes écologistes.

Sur la 5G, la Quadrature considère cette technologie comme un nouvel avatar de « l’industrie de la surveillance », qu’elle combat depuis plusieurs années. Dans sa tribune, l’organisation rappelle ainsi les ambitions d’Ericsson, « pour qui la 5G ouvrira à la “smart surveillance” un marché de 47 milliards de dollars d’ici 2026 ». Ainsi, la 5G ferait la part belle à la vidéosurveillance, qui pourrait selon eux « représenter le marché le plus important des objets connectés permis par la 5G, estimé à 70 % en 2020 ». L’association déplore également l’absence de débat de société sur le développement et la mise en œuvre de ce type de technologies à grande échelle.

publicité

Marcher sur des œufs

Le communiqué, assez court, se conclut néanmoins par quelques lignes indiquant que « les débats sur la 5G ont commencé il y a déjà quelque temps, et sont parfois très animés » au sein de l’organisation. Et pour cause : la participation de la Quadrature à la journée de mobilisation autour de la 5G a donné lieu à des critiques sur les mailing-lists internes de l’organisation, et sur les réseaux sociaux.

Felix Treguer, membre de la Quadrature ayant participé à cette journée de mobilisation, est ainsi revenu dans un texte sur les critiques qui avaient vu le jour suite à sa participation. Il explique ainsi que la Quadrature exprimait son refus de la 5G dans le cadre de son opposition à « l’accentuation de la surveillance numérique ». Il estime ainsi que « la #5G, toujours à lire les industriels qui planchent dessus, c’est notamment la fuite en avant programmée de la société de surveillance : vidéosurveillance et autres gadgets de la #Technopolice, #IoT spywares, etc. » Plus qu’un refus de la technologie en elle-même, Felix Treguer estime que « l’opposition ne porte pas tant sur un protocole que sur la logique qui le produit et qu’il reproduit, à savoir l’informatisation de tout au travers de choix arbitrés technocratiquement, au mépris des droits et de la démocratie ».

En d’autres termes, la Quadrature refuse d’être assimilée aux autres organisations participant à la journée de mobilisation, mais affirme fermement son opposition à la 5G, qu’elle estime être dans la lignée des constats et des prises de position récentes de l’organisation. Pour une prise de position aussi franche sur le sujet, l’organisation aurait peut-être gagné à jouer ses cartes un peu plus finement, mais le mal est fait.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *