La prière poignante du pape à Mossoul : « il ne nous est pas permis de faire la guerre au nom de Dieu » – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

À Mossoul, le pape François a terminé sa visite par une prière très intense pour « toutes les victimes des guerres ».

Sur la place des églises encore en ruines détruites par Daech dans le cœur d’une Mossoul détruite, le pape François a terminé sa visite dans cette ville martyre irakienne par une prière très intense pour « toutes les victimes des guerres »

Le pape a commencé par prévenir : « Si Dieu est le Dieu de la vie – et il l’est – il ne nous est pas permis de tuer nos frères en son nom. Si Dieu est le Dieu de la paix – et il l’est – il ne nous est pas permis de faire la guerre en son nom. Si Dieu est le Dieu de l’amour – et il l’est – il ne nous est pas permis de haïr nos frères. »

Puis il a demandé, en présence de dignitaires catholiques et musulmans : « prions ensemble pour toutes les victimes de la guerre, afin que Dieu Tout Puissant leur accorde la vie éternelle et la paix sans fin, et qu’il les accueille dans ses bras très aimants. Et prions aussi pour nous tous, afin qu’au-delà des appartenances religieuses, nous puissions vivre en harmonie et en paix, conscients qu’aux yeux de Dieu nous sommes tous frères et soeurs. »

Mais le pape aussi prié pour les agresseurs islamiques : « Nous te confions ceux dont la vie terrestre a été écourtée par la main violente de leurs frères, et nous t’implorons aussi pour tous ceux qui ont fait du mal à leurs frères et à leurs soeurs : qu’ils se repentent, touchés par la puissance de ta miséricorde. »

Puis s’adressant au « Dieu très haut, Seigneur du temps et de l’histoire », il a imploré « un tendre amour de Père » contre « l’océan de la souffrance et de la mort, au-delà des tentations de la violence, de l’injustice et du gain inique». Car, « nous les hommes, ingrats à l’égard de tes dons et distraits par nos préoccupations et par nos ambitions trop terrestres, nous avons souvent oublié tes desseins de paix et d’harmonie. »

Il a conclu par une imploration au pardon : « Seigneur, alors que nous te confions les nombreuses victimes de la haine de l’homme contre l’homme, nous invoquons ton pardon et nous implorons la grâce de la conversion ».

Avant de quitter ce lieu pour se rendre dans la ville de Qaraqosh, le pape a livré cette méditation sur le temps : « dans cette ville, deux symboles témoignent du perpétuel désir de l’humanité de se rapprocher de toi : la mosquée Al-Nouri avec son minaret Al Hadba, et l’église Notre Dame de l’horloge. C’est une horloge qui depuis plus de cent ans rappelle aux passants que la vie est brève et que le temps est précieux. Apprend-nous à comprendre que tu nous as confié ton dessein d’amour, de paix et de réconciliation, afin que nous le réalisions dans le temps, au cours du bref passage de notre vie terrestre. »

Ajoutant : « Fais-nous comprendre que c’est seulement en le mettant en pratique sans délai, que cette ville et ce pays pourront être reconstruits et que les coeurs déchirés par la douleur pourront être guéris. Aide-nous à ne pas passer notre temps au service de nos intérêts égoïstes, personnels ou de groupe, mais au service de ton dessein d’amour. Et quand nous nous égarons, fais que nous puissions écouter la voix des vrais hommes de Dieu et nous ressaisir à temps, pour ne pas nous laisser ruiner encore par la destruction et la mort. »

Leave a Reply

%d bloggers like this: