« La ministre n’a pas à connaître la totalité des produits en stock » : l’audition d’Agnès Buzyn par la commission d’enquête sur la crise sanitaire – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Nous n’avons pas cessé d’agir depuis le 10 janvier, date à laquelle nous avons eu la connaissance quil sagissait dun coronavirus.
Je vous rappelle que jai quitté le ministère à lépoque où il y avait 12 cas en France, tous des cas importés de Chine. 

Le 25 janvier, trois semaines avant mon départ, j’ai déjà demandé à tous les hôpitaux de me faire remonter tous les stocks : les respirateurs, les masques, notre capacité à dégager des lits… Je demande trois semaines avant des protocoles de recherche, des scénarios de virulence. J’appelle mes homologues européens.

L’urgence internationale, elle est posée par l’Organisation mondiale de la santé [OMS] cinq jours après le 30 janvier. Donc j’ai déjà interpellé les établissements et les agences régionales de santé [ARS].

Le 28 janvier, alors qu’il ny a pas durgence de santé publique internationale émise par l’OMS, je prends la décision de constituer un stock dEtat de masques FFP2 parce quil ny en a pas. Vous savez que cest la doctrine de 2011.

Moi, ce que jarrête à mon niveau, cest la création dun stock stratégique de masques FFP2, un stock dEtat de masques FFP2. Après, ce sont les services qui décident de la quantité. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *