La justice européenne juge illégale la surveillance de masse britannique

Spread the love
  • Yum

La justice européenne juge illégale la surveillance de masse britannique

Le Government Communications Headquarters (GCHQ) du Royaume-Uni a enfreint les droits à la vie privée et à la liberté d’expression des citoyens en mettant en place une interception massive des données, selon la plus haute juridiction européenne des droits de l’homme.

Cet arrêt est l’aboutissement de trois procès qui accusaient le régime d’interception massive mis en place par le GCHQ d’être incompatible avec le droit au respect de la vie privée. Ces procès ont eu lieu en 2013 à la suite des révélations d’Edward Snowden qui avaient révélé la façon dont le GCHQ menait une opération d’interception massive afin de capter et de stocker d’énormes volumes de données, dont les communications privées des citoyens.

Outre le fait qu’il met un terme à ces trois procès, ce jugement historique marque également la première décision sur la surveillance de masse au Royaume-Uni depuis les révélations de Snowden.

L’interception en masse est le processus qui consiste à cibler et à collecter les communications de cibles au moyen de sélecteurs simples, tels qu’une adresse électronique. Toutes les communications qui comportent ces sélecteurs sont collectées dans le cadre de ce processus d’interception massive, celles qui ne correspondent pas étant automatiquement écartées.

publicité

Pas de garanties suffisantes

Selon la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme, le régime d’interception présentait des “déficiences fondamentales”, telles que l’absence d’autorisation indépendante, puisque l’interception était approuvée par le secrétaire d’État britannique. De plus, le GCHQ n’était pas tenu d’inclure des catégories de termes de recherche définissant les communications qu’il examinerait lorsqu’il demandait un mandat de recherche. Enfin les termes de recherche liés à un individu ne nécessitaient pas d’autorisation interne préalable pour être utilisés.

La Grande Chambre a donc estimé que le régime ne contenait pas de garanties suffisantes de “bout en bout” et qu’il était incompatible avec le droit à la vie privée.

Avec cette décision, la Grande Chambre a ordonné que la surveillance de masse au Royaume-Uni et dans toute l’Europe soit désormais soumise à une autorisation indépendante dès le départ, qui vérifie l’existence de garanties adéquates de bout en bout, de la collecte initiale des données à la sélection des éléments à stocker.

La Cour a également ordonné que toutes les opérations d’interception massive fassent l’objet d’une supervision et d’un examen indépendant ex post facto, ainsi que d’évaluations, “à chaque étape du processus”, de la nécessité et de la proportionnalité des mesures prises.

Bien que la Cour ait conclu qu’il existait un potentiel considérable d’abus, dans sa forme actuelle, elle n’a pas retenu l’argument des requérants selon lequel l’interception massive devrait être complètement interdite. Elle a plutôt penché pour l’argument du gouvernement britannique selon lequel l’interception en masse est d’une importance vitale pour aider les États à identifier les menaces à la sécurité nationale, un argument soutenu par les gouvernements français, néerlandais et norvégien dans des observations de tiers.

Une victoire pour le droit à la vie privée

Dans une opinion dissidente, le juge Pinto de Alburquerque a déclaré que l’interception massive non ciblée devrait être supprimée, car elle peut cibler n’importe qui comme suspect potentiel.

“L’admission de l’interception de masse non ciblée implique un changement fondamental dans la façon dont nous envisageons la prévention du crime, les enquêtes et la collecte de renseignements en Europe. Il ne s’agit plus de cibler un suspect qui peut être identifié, mais de traiter toute personne comme un suspect potentiel, dont les données doivent être stockées, analysées et profilées”, a-t-il déclaré.

“Une société construite sur de telles bases s’apparente davantage à un État policier qu’à une société démocratique. Ce serait le contraire de ce que les pères fondateurs voulaient pour l’Europe lorsqu’ils ont signé la Convention en 1950.”

Le directeur de Big Brother Watch, Silkie Carlo, a déclaré que le jugement confirmait le fait que le Royaume-Uni espionnait massivement les citoyens depuis des décennies et donnait raison aux révélations de Snowden.

“La surveillance de masse nuit aux démocraties sous couvert de les défendre, et nous nous réjouissons que la Cour le reconnaisse. Comme l’a dit un juge, nous risquons fort de vivre dans un “Big Brother” électronique en Europe”, a-t-il ajouté.

L’avocate Megan Goulding, qui représentait les demandeurs du procès, a qualifié l’arrêt de victoire, car il reconnaît que les gouvernements doivent respecter le droit à la vie privée et à la liberté d’expression.

“Les pouvoirs de surveillance de masse permettent à l’État de collecter des données qui peuvent révéler énormément de choses sur chacun d’entre nous – de nos opinions politiques à notre orientation sexuelle. Ces pouvoirs de surveillance de masse ne rendent pas le monde plus sûr”, a déclaré M. Goulding.

“Notre droit à la vie privée nous protège tous. La décision d’aujourd’hui nous rapproche encore un peu plus de la suppression de ces pouvoirs de surveillance dangereux et oppressifs, et de la garantie de la protection de nos droits.”

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply

%d bloggers like this: