La Haute Autorité de santé approuve le vaccin anti-Covid-19 de Moderna, nouveaux couvre-feux attendus en France – Le Monde

Spread the love
  • Yum

En état d’alerte face à la menace de deux variants plus contagieux du Covid-19, la France, où la campagne vaccinale s’accélère, s’apprête à étendre les couvre-feux.

Depuis trois jours consécutifs, le nombre de cas positifs quotidiens comptabilisés dépasse les 20 000, et l’agence Santé publique France a relevé une « nette augmentation du nombre de cas confirmés » durant la semaine du 28 décembre (96 743 cas, contre 82 734 la semaine précédente, soit + 17 %).

Avec près de 24 448 patients Covid-19 hospitalisés, dont 2 573 en services de réanimation, la charge pour les hôpitaux reste élevée. La France a enregistré cette semaine près de 2 000 décès de personnes atteintes du Covid-19, à l’hôpital ou en Ehpad, soit un total de 66 841 morts depuis le début de l’épidémie.

C’est « peut-être le début des conséquences des rassemblements de fin d’année », mais il faudra voir si cette tendance se confirme et si le nombre de patients hospitalisés augmente à son tour, ce qui est « probable », ont expliqué les responsables de l’agence sanitaire. Pour eux, les deux prochaines semaines seront « déterminantes ».

  • Livraison du vaccin Moderna « dans les jours qui viennent »

C’est le deuxième vaccin contre le Covid-19 officiellement autorisé en France. Après celui qui a été développé par Pfizer et BioNTech, la Haute Autorité de santé (HAS) a approuvé vendredi 8 janvier l’utilisation du vaccin de Moderna. Les premières livraisons du vaccin Moderna « devraient se faire dans les jours qui viennent », au plus tard pour la « deuxième quinzaine de janvier », a assuré vendredi matin sur la chaîne BFMTV le professeur Alain Fischer, le « Monsieur vaccins » nommé par le gouvernement.

Ce vaccin « peut être utilisé chez les personnes de 18 ans et plus, y compris les plus âgées, du fait de son efficacité et de son profil de tolérance globalement satisfaisant », estime la HAS. Ce vaccin, qui a reçu mercredi l’autorisation de commercialisation de l’Union européenne, devient ainsi le deuxième à pouvoir être utilisé en France après celui de Pfizer-BioNTech, qui avait reçu l’aval de la HAS le 24 décembre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France se prépare à l’arrivée du vaccin de Moderna

Déjà approuvée au Canada, aux Etats-Unis et en Israël, la formule de Moderna présente des similitudes avec celle de Pfizer-BioNTech : elle s’administre en deux injections et s’appuie sur la technologie innovante de l’ARN. L’essai clinique réalisé par le laboratoire américain concluait à une efficacité de 94,1 % (95 % pour Pfizer-BioNTech) pour empêcher les formes symptomatiques de la maladie Covid-19, a rappelé l’autorité sanitaire.

  • Aucun effet indésirable grave lié au vaccin en France

Aucun effet indésirable grave n’a été observé en France lors de cette deuxième semaine de vaccination avec le vaccin de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19, a rapporté vendredi l’Agence du médicament ANSM.

« Un cas d’effet indésirable non grave a été enregistré dans la base nationale de pharmacovigilance. Il concerne une diminution temporaire de certaines cellules immunitaires (lymphocytes) », précise l’agence sanitaire dans un point d’information. Bien que déjà observé dans les essais cliniques, cet effet indésirable non grave n’a pas été retenu à ce jour pour figurer dans la notice du vaccin.

Lire aussi Avec les « vaxxies », des Européens témoignent de leur vaccination contre le Covid-19
  • L’évolution lors des deux prochaines semaines « déterminante » quant à un éventuel rebond

L’évolution de l’épidémie de Covid-19 lors des « deux prochaines semaines » sera « déterminante quant à un éventuel rebond » provoqué par les fêtes de fin d’année, a réagi vendredi Santé publique France.

La « nette augmentation » du nombre de nouveaux cas de contamination relevée la semaine dernière est « peut-être le début des conséquences des rassemblements de fin d’année », mais il faudra voir si cette tendance se confirme et si le nombre de patients hospitalisés augmente à son tour, ce qui est « probable », ont expliqué les responsables de l’agence de santé lors d’une conférence de presse en ligne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au CHU de Grenoble, « convaincre plutôt qu’imposer » pour assurer le succès de la vaccination des personnels de santé
  • Nouveaux couvre-feux attendus en France

Dès vendredi, une décision sera prise sur l’extension possible à dix nouveaux départements du couvre-feu dès 18 heures, déjà en vigueur dans quinze autres depuis une semaine, surtout dans l’est de la France. A Strasbourg, la préfecture du Bas-Rhin a pris les devants en annonçant vendredi matin que le département passerait en couvre-feu à 18 heures dès dimanche.

Sans prononcer le mot de « reconfinement », et tout en prévenant que les écoles ne devaient fermer qu’en cas de situation « gravissime », le premier ministre, Jean Castex, n’a pas exclu jeudi d’aller encore plus loin et de prendre des « mesures nationales supplémentaires ».

Musées, cinémas, théâtres et salles de sport (sauf pour les mineurs) : tous ces établissements et équipements fermés depuis le 30 octobre vont par ailleurs le rester au moins pendant tout le mois de janvier. Pas de réouverture non plus avant le début de février, au mieux, pour les remontées mécaniques dans les stations de ski.

Quant aux bars et aux restaurants, ils ont vu l’échéance reculer jusqu’à la mi-février a minima.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Accusé de lenteur dans la vaccination contre le Covid-19, le gouvernement revoit sa copie
  • Deux clusters « à risque » en France

Pour l’instant, deux potentiels « clusters à risque » du variant VOC 202012/01, qui flambe depuis plusieurs semaines au Royaume-Uni, ont été détectés dans un établissement pour personnes âgées près de Rennes, et en région parisienne.

Toutefois, la première contamination au sein du cluster à Rennes, sur neuf cas suspects, ne correspond pas au variant britannique, a annoncé vendredi l’agence régionale de santé Bretagne.

Trois cas de contamination par la variante 501.V2, repérée initialement en Afrique du Sud, ont aussi été détectés en France.

Lire aussi Covid-19 : deux clusters du variant britannique détectés en France, allocution de Castex sur la crise sanitaire
  • La consommation des ménages a dégringolé pendant le confinement, selon l’INSEE

Les dépenses de consommation des ménages français ont chuté durant le mois de novembre, à cause du reconfinement qui a débuté le 30 octobre, une baisse toutefois moins forte que durant le premier confinement du printemps, a indiqué l’Insee vendredi.

Ces dépenses ont dégringolé de 18,9 % en novembre sur un mois, après une progression de 3,9 % (chiffre révisé) en octobre et elles sont restées inférieures de 17,1 % à leur niveau de novembre 2019, a détaillé l’Institut national de la statistique. En avril, précédent mois complet de confinement, la consommation des ménages avait reculé de près de 33 %.

  • Le secteur de la musique travaille sur des « concerts-tests » pour accueillir des spectateurs en toute sécurité

Le secteur des musiques actuelles, mis sous cloche par le Covid-19 depuis bientôt un an, travaille sur des concerts-tests pour réunir à nouveau spectateurs et artistes autour des scènes en toute sécurité sanitaire.

Alors que les concerts debout et les grandes jauges sont bannis depuis les premières mesures prises contre la pandémie, une expérience réalisée par le festival Primavera à Barcelone le 12 décembre a fait bouger les lignes. Pour résumer, environ 500 personnes ont assisté à un concert debout, en intérieur, avec test antigénique à l’entrée, masque sur le nez – mais pas de distanciation – et possibilité d’enlever le masque pour boire un verre. Après analyse des résultats, aucun cas de contamination.

En France, plusieurs projets de concert-test sont sur la table. Un « groupe de travail concert-test » est ainsi piloté au sein du Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé) par Jean-Paul Roland, directeur du festival des Eurockéennes, aux côtés, notamment, de Marie Sabot (festival We Love Green) ou d’Armel Campana (festival Main Square).

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: