«La France se bat contre le séparatisme islamiste, jamais contre l’islam» : Macron répond au Financial Times – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Même si le Financial Times, le prestigieux quotidien britannique, a retiré de son site un article paru lundi accusant Emmanuel Macron de « stigmatiser à des fins électorales, les Français musulmans; pire, d’entretenir un climat de peur et de suspicion à leur égard », le président de la République a répliqué. Il a publié une « lettre à la rédaction ».

« Je ne laisserai personne affirmer que la France, son Etat, cultive le racisme vis-à-vis des musulmans », martèle-t-il, estimant que ses propos ont été déformés.

Comme sur la chaîne qatarie Al-Jazeera la semaine dernière, le président français veut expliquer au-delà des frontières de la France que sa lutte contre le « séparatisme islamiste » n’est pas un combat contre l’islam, alors que les musulmans de plusieurs pays ont réagi avec colère à ses propos, avec un appel au boycott des produits français.

« Depuis plus de cinq ans et les attentats de Charlie Hebdo, la France fait face à une vague d’attentats perpétrés, au nom d’un Islam qu’ils dévoient, par des terroristes. Plus de 300 femmes et hommes, des policiers, des militaires, des enseignants, des journalistes, des dessinateurs, des Juifs, un prêtre, des jeunes assistant à un concert ou prenant un verre en terrasse, des enfants devant une école, de simples citoyens, ont été lâchement assassinés sur notre sol. Et ces derniers jours, un attentat, qui heureusement n’a pas fait de victime, a à nouveau visé les locaux de Charlie Hebdo ; un professeur d’Histoire-Géographie, Samuel Paty, a été décapité ; à Nice, deux femmes et un homme ont été assassinés dans une église », ajoute-t-il.

Selon lui, l a France est attaquée pour ses valeurs, la laïcité, la liberté d’expression et elle « ne cédera rien. »

Et le chef de l’Etat de donner sa vision. « Dès 2015 est apparu, et je l’ai dit avant même de devenir Président de la République, que les vocations terroristes prospéraient sur un terreau », explique-t-il en ajoutant : « dans certains quartiers autant que sur Internet, des groupes liés à l’Islam radical enseignent aux enfants de France la haine de la République, appellent à ne pas respecter les lois. C’est cela que j’ai appelé dans un discours le séparatisme. »

Et d’ajouter : « vous ne me croyez pas ? Relisez les échanges, les appels à la haine diffusés au nom d’un Islam dévoyé, sur les réseaux sociaux qui ont finalement abouti à la mort du professeur Samuel Paty il y a quelques jours. Allez visiter les quartiers où des petites filles de trois ou quatre ans portent le voile intégral, sont séparées des garçons et, dès le plus jeune âge, sont mises à part du reste de la société, élevées dans un projet de haine des valeurs de la France ».

Selon lui, « c’est contre cela que la France entend aujourd’hui lutter. Contre des projets de haine et de mort qui menacent ses enfants. Jamais contre l’Islam. Contre l’obscurantisme, le fanatisme, l’extrémisme violent. Jamais contre une religion. Nous disons : pas chez nous !.

Avant de conclure : « nous n’avons pas besoin que des articles de journaux cherchent à nous diviser. »

Leave a Reply

%d bloggers like this: