PREMIUM
PARU DANS LE JOURNAL DE DEMAIN – Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé qu’il s’exprimerait après le 6 juin sur l’avenir de son mouvement. Le JDD pose les deux enjeux de sa prise de parole.

Jean-Luc Mélenchon le 26 mai, au soir des élections européennes. (Reuters)

Mais que va dire Jean-Luc Mélenchon? Depuis l’échec de La France insoumise (LFI) aux européennes où le parti n’a obtenu que 6,31% des voix, les regards se tournent vers LA figure du mouvement. “Nous sommes à cran, soupire-t-on dans l’entourage du tribun. On nous somme de donner des réponses immédiates que nous n’avons pas.” Après le 6 juin, “je dirai mon appréciation du moment politique. Je proposerai une suite pour notre chemin et je dirai ce qu’il en sera pour moi”, avait écrit l’ancien candidat à la présidentielle, samedi dernier dans un post de son blog.

Lire aussi – Européennes : la défaite de La France insoumise est d’abord celle de Jean-Luc Mélenchon

Le leader de La France insoumise devra répondre à deux questions :

  1. Pourrait-il démissionner? Rappelons déjà que Jean-Luc Mélenchon n’a pas de fonction officielle au sein du mouvement. C’est Manuel Bompard, le “chef opérationnel”. Ce dernier pourrait passer le relais car il vient d’être élu eurodéputé et pourrait coordonner la délégation insoumise à Bruxelles – les discussions sont toujours en cours, la tête de liste Manon Aubry étant aussi une hypothèse pour animer ce nouveau groupe parlementaire.
  2. Jean-Luc Mélenchon restera-t-il président du groupe parlementaire? “Il a toujours dit, même avant les européennes, que son maintien à ce poste n’était pas forcément ad vitam æternam, rappelle une proche. Mais ça n’a pas été discuté.”

Bref, “rien n’est arrêté”, et l’Insoumis pourrait attendre les 22 et 23 juin et la prochaine assemblée représentative de LFI pour s’exprimer.

Pour vous inscrire au “Journal de Demain”, envoyé du lundi au samedi à 18h30, cliquez ici.