« La France est prête à empêcher une seconde vague » de Covid-19, assure Olivier Véran – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Olivier Véran, le 8 juillet 2020, à l’Assemblée nationale.

Interrogé sur BFM-TV, vendredi 10 juillet, le ministre de la santé, Olivier Véran, a assuré qu’un reconfinement n’était pas envisagé pour le moment en Mayenne, un département qui connaît un bond de contaminations au coronavirus. 

« A ce stade, il n’y a pas lieu de l’envisager puisque nous sommes déjà en train de maîtriser la circulation du virus », a-t-il déclaré. Pour l’heure, « le virus n’a pas montré qu’il était capable de circuler » en dehors des foyers identifiés (« clusters » ou regroupements de cas). « Il n’y a pas de diffusion communautaire, c’est-à-dire que les chaînes de transmission du virus, nous les tenons », a encore insisté le ministre de la santé.

Lire aussi Coronavirus : « L’objectif est d’éviter à tout prix un nouveau confinement généralisé »

Plus largement, Olivier Véran a voulu se montrer rassurant et positif, affirmant que le nouveau coronavirus « régresse semaine après semaine » en France. Il a précisé que le taux de tests positifs au SARS-CoV-2 était actuellement de 1,1 %, contre 25 % en période d’épidémie. « Sur 100 Français qui se font tester, il y en a 99 qui n’ont pas le Covid », a-t-il dit.

« Il faut vivre dans la vigilance »

« Ce que nous montrons depuis douze semaines, c’est que la France est prête à empêcher une seconde vague. Cela augmente dans beaucoup de pays, y compris des pays proches de nous. Ce n’est pas le cas, à date, en France. Le virus continue d’être maîtrisé », a ajouté Olivier Véran.

« Les Français ont envie de vacances, envie d’oublier tout ce qu’ils ont vécu au cours de ces mois. (…) Il y a une chose qu’ils ne doivent pas oublier, ce sont les gestes barrières », a cependant souligné le ministre. « Ils ne doivent pas oublier que le virus circule, il ne faut pas que ce soit omniprésent dans leur tête, il ne faut pas vivre dans l’angoisse permanente, il faut vivre dans la vigilance, a-t-il résumé. On ne demande pas aux Français d’être des robots, on leur demande au quotidien de limiter les situations à risque. »

« J’observe qu’il y a un relâchement de certains comportements dans certaines situations, dans tous les milieux », a-t-il noté, reconnaissant que des membres du gouvernement n’ont pas respecté la distanciation physique lors des passations de pouvoirs. « Il faut qu’on soit impeccable, encore plus lorsqu’on porte la parole publique », a-t-il dit, notant toutefois que tout le monde pouvait avoir des « moments d’égarement ».

« Messieurs les députés, je vous demanderai a minima de remettre votre masque quand vous criez, pensez à votre groupe, ne créez pas un cluster à l’Assemblée nationale », avait-il lancé mercredi à des députés LR dans l’Hémicycle.

Lire aussi Coronavirus : visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde

Malgré tout, « il ne faut pas chercher des moyens magiques d’en finir avec le virus ». Selon Olivier Véran, seules deux solutions sont possibles pour mettre fin à l’épidémie : « Notre comportement collectif en restant vigilant et le développement d’un vaccin, et tout le monde y travaille », a assuré le ministre de la santé.

Il a aussi affirmé travailler pour la mise en place « dans les prochains jours », dans les aéroports « où ce sera possible », de tests salivaires pour les voyageurs arrivant de pays à risque. Ils leur seront « proposés », « on ne peut pas contraindre quelqu’un à avoir un test », a-t-il dit. Ces tests sont encore en cours de validation par les autorités de santé.

L’épidémie de Covid-19 a fait en France 29 979 morts pour plus de 170 000 cas de contamination, selon les chiffres fournis jeudi par la direction générale de la santé.

En Guyane et à Mayotte, l’état d’urgence sanitaire a été prorogé jusqu’à fin octobre, jeudi, à cause d’une situation sanitaire « préoccupante ».

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *