La fermeture de la mosquée de Pantin à la case justice – Libération

Spread the love
  • Yum

Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

Seine-Saint-Denis

Abonnés

Par Amaelle Guiton (mis à jour à )

La grande mosquée de Pantin à la veille de la fermeture, le 20 octobre.
La grande mosquée de Pantin à la veille de la fermeture, le 20 octobre. Photo Stéphane Lagoutte. Myop pour Libéraiton

La justice administrative a validé ce mardi la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin. Lundi, le tribunal de Montreuil (Seine-Saint-Denis) examinait le recours déposé par l’association qui gère le lieu de culte.

Mise à jour mardi 27 octobre à 12h45 : La justice administrative a validé la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin.

Le marathon juridique commence pour l’offensive tous azimuts lancée par le ministère de l’Intérieur au lendemain de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Alors que l’ONG humanitaire islamique BarakaCity, dont la dissolution pourrait être prononcée mercredi en conseil des ministres, a d’ores et déjà annoncé qu’elle contesterait en justice une telle décision, une première manche contentieuse s’est jouée lundi, dans une petite salle d’audience du tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) sur un autre cas, celui de la grande mosquée de Pantin. Trois jours après l’assassinat terroriste de l’enseignant d’histoire-géographie Samuel Paty, le préfet de la Seine-Saint-Denis avait ordonné, sur demande de Beauvau, la fermeture pour six mois du lieu de culte (pour l’heure, une structure temporaire sur un terrain attenant à celui qui doit accueillir le

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

devices-picture

1€
le 1er mois

Soutenez notre indépendance

  • Tous nos articles en illimité
  • Le journal en version numérique le jour de sa parution
  • Nos newsletters exclusives
  • CheckNews, notre service de fact checking


Amaelle Guiton

Passez à la vidéo

Dans le direct

  • Récit Abonnés

    Attentat de Conflans : le terrible engrenage au collège du Bois-d’Aulne

    Après un cours sur la liberté de la presse ayant suscité l’inquiétude de certains parents d’élèves, Samuel Paty avait fait l’objet d’une campagne publique, appelant à son renvoi, par un père soutenu par des réseaux islamistes. Récit de onze jours d’emballement qui pourraient avoir mené à sa mort.

  • Chronique «médiatiques»

    Scandales avec et sans martyrs

    Tout est guerre : celle des médecins du Covid-19, entre «alarmistes» et «rassuristes», celle entre «islamophobes» et «islamo-gauchistes». Pourtant, au-delà de cette agitation binaire où la nuance n’a aucune place, des renoncements démocratiques se font à bas bruit.

  • Tribune

    L’assassinat de Samuel Paty, une étrange défaite

    On ne retrouve plus dans les médias l’unanimité qui, il y a trente ans, nous avait amenés à protéger un Robert Redeker ou un Salman Rushdie. Il y a urgence à poser les bases d’une télévision éducative et citoyenne autour de la République, estime le journaliste Bertrand Delais.

Un mot à ajouter ?

Leave a Reply

%d bloggers like this: