Près d’un mois après la mort d’une patiente, survenue le 17 décembre aux urgences de l’hôpital Lariboisière, à Paris, la famille de la défunte s’apprête à déposer une plainte.

Près d’un mois après la mort d’une patiente, survenue le 17 décembre aux urgences de l’hôpital Lariboisière, à Paris, la famille de la défunte s’apprête à déposer une plainte. THOMAS SAMSON / AFP
Près d’un mois après la mort d’une patiente, survenue le 17 décembre aux urgences de l’hôpital Lariboisière, à Paris, la famille de la défunte a porté plainte, lundi 14 janvier, pour « homicide involontaire » et « omission de porter secours à personne en danger ». Dénonçant une « absence d’information », la sœur de la victime et ses enfants espèrent désormais « connaître la vérité », afin que « les responsabilités soient identifiées », fait savoir leur avocat, MEddy Arneton, contacté par Le Monde.

Consécutivement au décès de la patiente, âgée de 55 ans, deux enquêtes avaient été ouvertes le 18 décembre. L’une, judiciaire, ouverte par le parquet de Paris « pour recherche des causes de la mort ». L’autre, interne, visant à « reconstituer la chronologie précise des faits, connaître les circonstances et les causes », dont les premières conclusions viennent d’être rendues publiques par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). S’agissant de ce rapport, qui fait état d’une série de dysfonctionnements, MArneton regrette qu’il ne « permette pas à la famille de comprendre les causes du décès », en employant « un langage administratif qui tente d’atténuer la faute de l’administration ».

Lire : Décès à l’hôpital de Lariboisière : l’AP-HP reconnaît « une série de dysfonctionnements »

Douze heures dans la salle d’attente

Que sait-on de la prise en charge de la victime ? C’est après avoir tenté de joindre un centre médical que la quinquagénaire, célibataire et sans enfant, est prise en charge par une brigade de sapeurs-pompiers, en fin d’après-midi, le 17 décembre. Souffrant de violents maux de tête et de douleurs aux mollets depuis la veille, elle est conduite aux urgences de l’hôpital Lariboisière, l’un des plus gros services de France, comptant près de 300 patients par jour en moyenne.

Un médecin lui administre un Doliprane, avant de l’orienter vers un « circuit court » de prise en charge

Comme le veut le protocole lors de toute arrivée aux urgences, une fiche résumant les raisons de sa visite, et permettant de l’enregistrer, est établie par une infirmière. Sur le dossier médical, dont Le Monde a eu connaissance, il est rapporté que la patiente se plaint de douleurs aux jambes. Il n’est toutefois pas fait mention de ses céphalées. La victime, originaire de Martinique et vivant à Paris, est ensuite reçue par un médecin, qui lui administre un Doliprane, avant de l’orienter vers un « circuit court » de prise en charge. Selon le personnel médical, l’état de santé de la victime, considéré comme « parmi les moins graves », ne nécessitait en effet qu’une simple consultation.

Lire : Le parquet de Paris ouvre une enquête à la suite de la mort inexpliquée d’une femme aux urgences

Peu avant 19 heures commence alors une longue attente. Selon un communiqué de l’AP-HP, publié le lendemain des faits, la patiente est « considérée comme étant sortie », après avoir été appelée, sans succès, à 1 h 20. Sur le dossier médical, il est bien indiqué que la victime est « sortie en fugue », ce qui se produit plusieurs fois par jour dans les hôpitaux. Mais un élément du dossier rapporte également qu’elle a été vue par une aide soignante à 2 heures du matin, se plaignant d’importants maux de tête. Un point essentiel qui ne figure pourtant pas dans le rapport de l’AP-HP. A 6 heures, elle est retrouvée morte, sur un brancard, dans la salle d’attente où elle avait été déposée, douze heures plus tôt.

« Situation devenue impossible à gérer »

« Manque de personnel ? Service débordé ? Incompétence ? », interroge MArneton, qui déplore que « les incohérences subsistent et l’incompréhension demeure » dans cette affaire, précisant que la famille n’a pas eu accès aux rapports des deux autopsies.

« A l’évidence, la victime a purement et simplement été oubliée dans le service d’urgences de l’hôpital », en conclut MArneton, selon qui « nul ne saurait prétendre qu’un règlement intérieur ou la moindre règle d’un service d’urgence autoriserait que l’on puisse laisser dépérir un malade durant douze heures. »

Au lendemain des faits, le premier syndicat de l’AP-HP, l’USAP-CGT (Union syndicale de l’assistance publique-Confédération générale du travail), avait dénoncé « le manque de lits et de moyens » à l’hôpital Lariboisière, tandis que l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF) avait « alerté » le gouvernement « sur la situation devenue impossible à gérer » aux urgences en général, qui ont enregistré 21 millions de passages en 2016.

L’été dernier, une grève s’était d’ailleurs déclarée pour protester contre la dégradation des conditions de travail. Sous couvert d’anonymat, le personnel médical dénonçait déjà auprès du Monde des « temps d’attente interminables ». Et de raconter l’histoire d’un patient, victime d’un infarctus en salle d’attente, qui « aurait vraiment pu mourir ».

Lire : Aux urgences de Lariboisière, « c’est la désillusion totale »
Cécile Bouanchaud