Parmi les sujets controversés du moment, la crypto-monnaie fait son petit effet. Ainsi selon une étude menée par des chercheurs de l’université d’Hawaï, la consommation électrique liée à cette dernière pourrait être néfaste pour l’environnement, surtout en cas d’utilisation massive. En effet, pour fonctionner, les coins virtuels utilisent un système dénommé « preuve de travail » (Proof of Work), très gourmand en énergie pour vérifier et inscrire les opérations dans la blockchain.

La nature même du minage est en cause (puisqu’il faut faire tourner du matériel information pour « miner » et récupérer des coins). Mais en contrepartie, le processus offre une sécurité accrue et renforce le réseau. Les mineurs consommeraient apparemment environ 29,05 TWh d’électricité par an (pour cette activité), soit environ 0,13% de la consommation annuelle de la planète. Que dire alors dans quelques années ?

Aussi, les professionnels cherchent des solutions plus vertes. Actuellement, près de 3/4 de l’extraction de bitcoins est effectuée à moindre coût en Chine via des centrales à charbon très polluantes. Beaucoup se tournent vers des pays producteurs d’énergies renouvelables (hydro-électricité, éolienne, solaire..) comme l’Islande, le Canada ou le Maroc.

Source