La Chine et la Russie souhaitent installer une station internationale sur la Lune

Spread the love
  • Yum

Au cours des prochaines années, nous devrions assister à une conquête spatiale passionnante. On parle très souvent de sociétés américaines comme SpaceX, Blue Origin, ou encore Virgin Galactic, mais les États-Unis ne sont pas le seul pays à investir dans ce domaine.

Leur éternel rival qu’est la Russie compte bien obtenir sa part du gâteau, de même pour la Chine, l’Inde, et quelques autres nations. Justement, la Chine et la Russie viennent de faire une déclaration en commun assez surprenante.

Les deux pays auraient pour ambition d’allier leurs forces pour installer une station de recherche à la surface de la Lune. Ce projet de « Station scientifique lunaire internationale » n’est pas encore très détaillé, mais Roscosmos, l’agence spatiale nationale russe, suggère qu’il pourrait inclure des installations à la fois en orbite autour de la Lune ainsi qu’à sa surface.

Une réponse aux Accords d’Artémis ?

Dans son annonce Roscosmos évoque également que ce projet est ouvert à toutes autres nations qui désirent y adhérer. Une façon pour la Russie de montrer une nouvelle fois son désaccord avec les Accords d’Artémis.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, en octobre 2020 la NASA prend la décision de mettre en place les Accords d’Artémis, une sorte d’accord international entre les gouvernements des pays participants pour assurer une coopération pacifique dans l’exploration et l’exploitation de la Lune, de Mars, des comètes et autres astéroïdes.

Évidemment, ces accords sont signés par les États-Unis, mais également par l’Australie, le Canada, le Japon, le Luxembourg, l’Italie, le Royaume-Uni, les Émirats arabes unis, ainsi que l’Ukraine et très prochainement le Brésil.

La Chine et la Russie, qui sont comme les États-Unis deux grandes puissances spatiales, ont refusé de signer ces accords en accusant la NASA de vouloir créer un droit international de l’espace qui favorise les États-Unis.

Suite à cela, Roscosmos et la NASA se sont éloignées en restant tout de même en bons termes pour une éventuelle collaboration future. Une collaboration qui s’avère notamment compliquée au vu des rapprochements entre la Russie et la Chine.

Leave a Reply

%d bloggers like this: