La Chine poursuit sa mission d’exploration lunaire. Une nouvelle étape est réalisée ce vendredi 7 décembre avec le lancement du robot Chang’e-4. Selon le media américain Space.com, le lancement serait prévu pour 14h30 le 8 décembre en Chine, soit 19h30 le 7 décembre en France métropolitaine. L’envoi sera opéré de la base spatiale de Xichang, au sud du pays à l’aide du lanceur Long March 3-B.

“Le bassin Aitken du pôle sud de la région lunaire a été choisi comme site d’atterrissage pour Chang’e-4. Nous pensons que la région a un grand potentiel de recherche”, explique l’Agence spatiale chinoise (CNSA). “Si tout se passe comme prévu, le duo atterrisseur-rover de Chang’e-4 arrivera dans le bassin lunaire du pôle sud de la Lune après un vol de 27 jours, puis étudiera la surface et le sous-sol de cette région”, précise Space.com.

Le mystère du côté obscur de la Lune 

La CNSA avait déjà lancé fin mai 2018 plusieurs satellites pour préparer la mission.Le satellite “QueQuio” avait été construit et envoyé pour assurer le suivi et la transmission de données entre la Lune et la Terre. Elles permettent de faciliter le lancement de Chang’e-4. Le robot est “le premier vaisseau spatial à atteindre le côté obscur de la surface lunaire”, selon la CNSA.

L’objectif de la CNSA est d’être le premier à envoyer une sonde en terre inconnue et de parcourir l’autre côté de la Lune. Le côté obscure de la Lune renvoie à la face constamment cachée de l’astre, car la Lune tourne autour de la Terre au même rythme que la Terre tourne sur son propre axe. L’envoi d’une autre sonde lunaire Chang’e-5 est prévu pour 2019.